Actualités
Archives de la revue

Recherche détaillée >
À faire, à voir
Retrouvez-nous sur
Facebook et Twitter !
La Communauté de Vie Chrétienne
www.cvxfrance.com
Centre spirituel du Hautmont
www.hautmont.org
Saint Hugues
www.sainthugues.fr

Le Chemin ignatien lancé à Paris par José Luis Irriberi s.j.

Impression Envoyer à un ami



« Après le pèlerinage ma vie a changé. Je sens encore la paix… j’ai appris à vivre d’une autre façon ».

« Les paysages me racontaient la Bible, c’est comme si je la lisais en marchant ! »

« Un jour on a échangé quelques mots avec un berger qui a dû nous quitter en nous disant « je dois partir chercher une brebis malade »… nous étions dans la parabole ! »

« Avec nos chaussures et notre sac, en pèlerin, cela donne accès à un autre type de rencontre que d’habitude. On a pu écouter longuement une femme en difficulté sociale, on a reçu un verre d’eau d’une femme musulmane voilée, … le lâcher prise, sur le chemin, permet d’être attentif à des rencontres qui nous ont bouleversés ».

« J’ai mis mes pas dans ceux d’Ignace, celui des débuts, qui venait de se convertir. Moi aussi j’ai le désir de trouver Dieu dans ma vie ».
 
Ces fioretti du Chemin ignatien, on a pu les entendre, lors de la Conférence-débat « Pourquoi partir sur le chemin Ignatien? », le 6 février 2019, avec José Luis Irriberi, le directeur du Chemin Ignatien, venu spécialement de Barcelone. Dans l’auditorium du Centre Sèvres, Gilles Donada, journaliste à Croire,  et pèlerin, et José Luis ont présenté devant une assistance nombreuse, ce «  Camino »  de 650 Km , qui relie Loyola à Manresa en 4 semaines.
 
 
Entrer dans l’expérience d’Ignace

La spécificité du Chemin ignatien, -cela a été unanimement souligné- c’est de suivre les traces d’Ignace, notre maître spirituel, qui a décidé, après sa longue convalescence, en février 1522, de quitter la demeure familiale de Loyola. Quelques semaines plus tard, il s’arrêtait plusieurs mois, à Manresa, et c’est là où il fit l’expérience fondamentale qu’il évoque dans son « Récit du Pèlerin ».

Sur le chemin, l’on fait halte dans le sanctuaire marial d’Arantzazu, où précisément Ignace  a passé la nuit en prière, l’on se rend à Montserrat au pied duquel il a déposé son épée , l’on peut prier aussi à Manresa…

C’est donc cet itinéraire de foi que nous sommes invités à suivre, à la suite d’Ignace, nous les pèlerins du XXIème siècle. «  La profonde transformation qu’a vécue Ignace, on peut la vivre aussi », lance José Luis Irriberi, qui, après avoir marché 6 fois sur le chemin de Saint Jacques, a balisé puis parcouru près de 15 fois le Chemin ignatien !
Et pour cela le carnet spirituel, contenu dans le « Guide du Chemin ignatien » publié par les Editions Vie Chrétienne a été salué comme un précieux compagnon de route ! A chaque étape, des « exercices »  de méditation viennent nourrir notre cheminement intérieur. Pour chaque jour on y trouve des textes de l’Ecriture, des pistes de réflexion, et des indications pour la prière. L’ordre des méditations suit le format des Exercices spirituels.
« Il s’agit vraiment d’un accompagnement quotidien, qui nous nourrit, qui habite notre marche », confie Gilles Donada.

« Ce que nous proposons aux pèlerins, c’est de marcher avec un homme qui a voulu « choisir la vie », plutôt que la mort, confirme José Luis Irriberi. Comme Ignace, on sort de chez nous, avec le grand désir de rencontrer Dieu. Le désir, c’est le début de tout ! »
 
Le chemin est-il difficile ?

« En réalité, explique José Luis, on met tout ensemble, le cœur, la pensée, et le corps qui marche… »
 Durant la première semaine, le relief du pays basque est plutôt accidenté,  « c’est précisément la dureté de la route, avec ses pentes abruptes, qui nous rappelle la difficulté de trouver la volonté de Dieu dans notre histoire personnelle, annonce le Guide.
Puis, lors de la 2 ème semaine les plaines de la vallée de l’Ebre mènent au bonheur de ceux qui marchent avec le Maître… ensuite la montrée vers l’aride plateau des Monegros nous conduit à affronter , avec Jésus, la Croix ; enfin , durant la 4 ème semaine,  sur les terres fertiles baignées par la rivière Sègre, la Résurrection nous invite à aller chercher de nouveau le Maitre en Galilée. »
Le Guide est découpé en 4 fascicules pour chaque semaine – ce qui permet au pèlerin d’en emporter qu’un s’il ne fait qu’une semaine,- innovation des Editions Vie Chrétienne, enviée par les marcheurs des autres pays !   
Il propose, pour chaque semaine, outre le carnet spirituel, un carnet d’itinéraires précis, et un carnet touristique, topographique et pratique (liste des hébergements etc…)
On est donc bien accompagné… sans compter le fléchage orange, qui balise le sentier.

Vers 2022…

Le chemin ignatien est parcouru en moyenne par 400 à 450 pèlerins par an. Sa notoriété, toute jeune, s’accroit régulièrement.  En effet l’intérêt pour cette nouvelle voie de pèlerinage est manifeste, comme en témoigne l’accueil des medias, à Paris : en 3 jours, José Luis a été interviewé par le Journal La Croix, il a été l’invité de Maxime Dalle sur Radio Notre Dame et d’Antoine Bellier, à 9h , sur RCF.
Le Journal Pèlerin a été partenaire de la Conférence.
C’est un premier pas vers le Jubilé du 5 ème centenaire du pèlerinage d’Ignace , qui sera célébré en Espagne en …..2022 !
 
Alors, à bientôt sur le Camino Ignaciano !
 
www.caminoignaciano.org: le site du Chemin, en plusieurs langues.

NB. A noter le Forum des Chemins, organisé par Le Pèlerin et le Forum 104, du 5 au 7 avril 2019, au, 104 rue de Vaugirard, 75006 Paris, où les Editions Vie Chrétienne seront présentes.