Actualités
Archives de la revue

Recherche détaillée >
À faire, à voir
Retrouvez-nous sur
Facebook et Twitter !
La Communauté de Vie Chrétienne
www.cvxfrance.com
Centre spirituel du Hautmont
www.hautmont.org

A-Dieu Yves

Impression Envoyer à un ami

Yves de Gentil-Baichis vient de retourner auprès du Père ce 10 juin 2017.

Longtemps journaliste à La Croix, où il a dirigé le service "société", puis celui des "informations religieuses", avant de créer le supplément "parents et enfants". 

Au comité de Direction de la revue Vie chrétienne depuis février 1998  jusqu'en décembre 2013, il a participé activement à la nouvelle formule, la faisant bénéficier  de sa riche expérience professionnelle.


 Soucieux d'ouverture au monde et grand connaisseur de l'Eglise, il a beaucoup apporté à la Revue.

"J'ai vu changer la société: regard libre d'un journaliste chrétien"

et

"Résister et oser l'espérance" avec Michel Rondet s.j.

 



Témoignage de Claude Charvet s.j., ancien assistant de la CVx France et ami de Yves.


Yves de Gentil-Baichis : riche en bonté

J'avais croisé Yves dans mes premières années d'enseignant et d'aumônier au Centre Saint Marc à Lyon, dans les années 75-80, alors qu'il était déjà à La Croix, travaillant sur les questions d'éducation, de pédagogie, d'annonce de la foi dans un monde bouleversé... Il avait déjà la curiosité vive pour s'intéresser à chaque personne, valoriser ce qu'il pouvait vivre, faire connaître les réussites... 

Je l'ai retrouvé de 2001 à 2007 à la revue "Vie Chrétienne" où, jeune retraité, il nous faisait bénéficier de son talent de journaliste, pour rendre fécond  le comité de rédaction de la revue...
Il arrivait toujours avec son journal préféré, le Midi Olympique, parce qu'il était un supporter inconditionnel  de rugby et c'est là qu'il trouvait les bonnes informations...
Il fait partie de ces gens du Sud Ouest, à l'image de Jean Lacouture, qui ont été élevés avec ce sport d'équipe, qui aiment que les gros et les grands, les lents et les rapides,  les besogneux et les créatifs puissent donner ensemble le meilleur d'eux-mêmes et aller gagner, perdre, se respecter, et finir par une troisième mi-temps en mangeant, chantant, fraternisant... Une philosophie de la vie dont il aimait parler avec l'oeil lumineux, comme une de ses fortes expériences spirituelles.

Comme journaliste à La Croix, où il avait à écrire des papiers sur les sujets les plus pointus de société, d'éducation ou de religion, il avait l'art de trouver des personnes ressources pour éclairer la pensée, forger le jugement, trouver les liens avec la dynamique évangélique... Pierre Gibert pour la bible, Michel Rondet pour la théologie, Xavier Thévenot pour toutes les questions éthiques du début et de fin de vie... Il a tissé avec eux et tant d'autres, des relations d'amitié qui lui permettait d'appeler en urgence et d'avoir des réponses qu'il savait exposer clairement, sans jargon... Il sait aussi de prendre du temps avec eux pour des longs entretiens dont la revue Vie Chrétienne a publié avec bonheur des petits livres pleins d'humanité et de profondeur, toujours accessibles.

Avec Yves et Marie-Hélène Lerouge, la rédac-chef, les comités de rédaction de la revue étaient toujours passionnants : les idées fusaient, l'apport de chacun était entendu, le débat de fond toujours possible, les pistes pour orienter les articles ouvertes...
La maquettiste savait trouver sa place... Il aidait à bien tenir la ligne éditoriale, à élargir les horizons sur les mutations de la société, à développer les apports spirituels pour que la manière de saint Ignace trouve toujours sa pertinence.
Le travail d'équipe était facile et avançait positivement...

Quand il a fallu changer de formule parce que la Communauté de Vie Chrétienne le demandait, il a su participer à la refondation de la revue et y apporter sa touche personnelle humaniste.
Quand il prenait un charge un dossier, c'était toujours construit avec rigueur, vivant, ouvert avec le contrechamp, pédagogique pour être utilisé par les communautés locales...

Les moments les plus merveilleux avec lui étaient quand il faisait part de sa vie de père avec les difficultés à vivre la transmission de son expérience à ses enfants aussi différents...quand il accompagnait sa femme jusqu'au bout dans sa longue maladie...Il partageait avec bonheur ses joies de grand père : comment il les prenait par tranches d'âge pour leur faire faire des activités adaptées toujours  interactives... Il a su écrire avec émerveillement et pudeur ce qu'il vivait avec eux... Le veuvage et la solitude, le remariage avec une veuve et l'accueil de ses beaux-enfants étaient aussi partagés simplement : il osait dire les déplacements personnels, les nouveaux chemins à inventer avec sa "famille recomposée"...

MERCI, Yves, pour tant de bonté et de rencontres vraies... pour ta façon de mettre des mots, des silences pour nommer Dieu, pour rendre grâce...
A Dieu.

Claude Charvet sj