Actualités
Archives de la revue

Recherche détaillée >
À faire, à voir
Retrouvez-nous sur
Facebook et Twitter !
La Communauté de Vie Chrétienne
www.cvxfrance.com
Centre spirituel du Hautmont
www.hautmont.org
Saint Hugues
www.sainthugues.fr
Faire communauté - Revue N°30 - Juillet 2014

Témoignages week-end commun entre Alsace, Lorraine et Luxembourg

Relecture de Séverine 
 
Membre d’une équipe francophone Christian Life Communauty à Londres pendant 4 ans, et depuis 3 ans au sein d’une CL à Strasbourg, je n’avais jamais fait le pas d’un week-end régional, même si j’avais déjà participé à des retraites en équipe (dont une au Haumont) ou à la fête de Saint François-Xavier et à une journée de retraite avec CLC à Londres.
 
Avec toute ma CL qui venait cette année au week-end régional, l’appel était bien là. Il ne me restait plus qu’à le saisir, à accepter cette invitation pour découvrir plus loin ce que veut dire faire partir de la Communauté Vie Chrétienne.
 
Le choix de venir n’a pas été si facile car je vis en couple et mon compagnon n’est pas croyant et cela signifiait de renoncer à passer le week-end avec lui. Nous avons aussi dû discuter et choisir à deux si notre fils de 19 mois viendrait au week-end avec moi ou resterait avec son père. Au final, j’ai décidé de venir seule pour être pleinement libre dans la découverte et pour pouvoir participer à l’intégralité du week-end. Lors du week-end au cours des rencontres et partages, je me suis aperçue que je n’étais pas vraiment seule dans cette situation, plusieurs compagnons ayant laissé pour le week-end leur compagnon ou mari avec ou sans enfants à la maison. Cela m’a conforté dans mon choix d’être à CVX, communauté qui accueille en liberté sans juger ses membres tels qu’ils sont dans leur vie, en couple partageant leur foi ou leur spiritualité au sein de CVX ou non. Avec le témoignage de Jean Fumex, celui de la communauté du Luxembourg et aussi la préparation par les équipes services régionales, j’ai senti qu’il n’y avait pas de  membres une étoile, deux étoiles ou trois étoiles mais simplement des chrétiens appelés à servir le Christ et faisant de leur mieux, aidés par leurs compagnons en CVX, soit au service de la CVX régionale, nationale ou internationale soit dans leur vie quotidienne soit dans d’autres engagements.
 
J’ai aussi entrevu à travers le témoignage de Jean Fumex la spécificité de CVX par rapport à d’autres mouvements et communautés. Par les exercices spirituels nous sommes littéralement témoins du Christ, c’est-à-dire nous avons vu, ressenti de nos propres sens les différents étapes de la vie du Christ « Que faisons-nous au sein de notre communauté du fait que nous sommes témoins du Christ ? »
 
Les témoignages des délégués du Luxembourg à la dernière Assemblée mondiale m’ont beaucoup touchée car ils disaient toute la diversité et toute l’unité de CVX à l’échelle internationale, toutes les personnes rencontrées et tout le cheminement ensemble pour arriver au document final et à choisir la nouvelle équipe internationale.
 
Lors de ce week-end, J’ai senti toute la force de la CVX et en même temps regretté que cette force communautaire ne semble pas toucher et attirer les jeunes en France (je me base sur les participants aux week-ends), alors même que le DESE pourraient les aider dans leurs petits et grands choix souvent nombreux à cette période. 
 
Vraie joie à la fin du week-end de retrouver et partager à mon compagnon ce que nous avions fait avec nos petits papillons (chaque participant a choisi quelque chose à faire « battement d’aile de papillons » destinés ensemble à provoquer le chaos de l’amour).




*****
Témoignage d'un couple luxembourgeois de la CVX

Nous sommes Ghislaine et Romuald Kamsu, un couple résidant au Luxembourg. Nous avons une fille de 2 ans qui se prénomme Susan. Ghislaine est informaticienne à la poste de Luxembourg; Romuald est à la recherche d'un emploi d'informaticien.
Depuis février 2013, nous faisons partie d'un groupe d'accueil CVX  francophone au Luxembourg.
 
->Qu’est-ce qui vous a poussé à prendre la décision de venir ?
Après une année en groupe d'accueil, et avant notre décision de fin d'accueil, nous avons souhaité assister à des rencontres CVX nationales ou Internationales afin de nous faire un idée de la communauté CVX au sens large. Ainsi en mars 2014, nous étions à la journée mondiale CVX qui était aussi le 40e anniversaire de CVX de Luxembourg. Par la suite nous avons accepté l'invitation à ce weekend "Au delà des frontières" à Strasbourg.
 
->Y a-t-il eu des résistances ou des difficultés ?
Avant ce weekend, nous avions quelques questionnements: Entre nous, on se demandait comment cela allait se passer. Pour nous c'était la première sortie CVX en dehors du Luxembourg ; De ce fait nous avions une petite peur de l'inconnu. Nous nous demandions si le rythme de ce weekend conviendrait à notre fille? S’il y aurait d'autres enfants avec qui elle pourrait s'amuser? Si elle dormirait bien la nuit?
 
->Comment avez-vous vécu ces deux jours ?
->Qu’est-ce qui a été le plus marquant pour vous ?
->Qu’est-ce qui vous a surpris, étonné ?
Les temps de partage en petits groupes que l'on pensait difficiles du fait que nous échangions avec ces personnes pour la première fois, ont été d'une convivialité étonnante. Comme dans notre groupe d'accueil, nous avons bien appris des expériences de nos compagnons de groupe et nous espérons que nos participations pourraient également êtres bénéfiques pour eux.
Bien qu'un peu éprouvant pour Romuald qui marchait à l'aide de béquilles, nous avons apprécié l'exercice de témoignages lors de la marche avec un compagnon jusqu'à l’église Saint Maurice.
Nous avons découvert "La messe qui prend son temps" que nous ne connaissions pas du tout avant.
La convivialité avec les membres CVX indépendamment de la tranche d'âge nous a beaucoup marqué.
Ces deux journées furent riches pour nous sur le plan spirituel et en rencontres humaines. De plus, nous avons appris au sujet du fonctionnement des CVX Luxembourg, France, mais aussi de l'assemblée mondiale au Liban.
Avec la garderie pour les petits, notre fille s'est très bien sentie durant tout le weekend.
 
->Au final, à quoi ce week-end vous invite-t-il aujourd’hui ?
Ce weekend nous invite aujourd’hui  à être encore plus attentif dans nos relations à l’autre dans la vie quotidienne, et plus spécialement dans notre couple, avec nos amis et dans nos milieux de travail.
 
******************

Témoignage de Brigitte

Eté 2008, je participe à la journée ouverte de l’assemblée mondiale à Fatima. Quel don ! La communauté France m’avait déjà beaucoup enrichie, mais cette dimension mondiale, c’est incroyable. Recevoir de communautés de pays très divers, aux côtés des personnes en grande difficultés ou cherchant à partager le trésor des exercices… un cadeau bouleversant. Je me suis laissé interpeller sur ma relation avec mes voisins luxembourgeois (seulement à 40 km). Le goût pour tisser des liens je l’avais enfin. Je devais quitter mes peurs et mes images sur ce pays de banques, paradis fiscal, nantis et cousines qui parlaient une « langue étrange » avec ma mère qui m’excluait.
Le désir était là, mais n’en trouvais pas le temps pour le mettre en œuvre.
Pentecôte 2010, au congrès de Nevers, j’ai réentendu cet appel à voir le monde avec le regard du Christ. Confirmé lors de ma retraite annuelle à La Pairelle (centre spirituel ignacien belge), j’ai choisi de demander à la communauté jésuite de Luxembourg de m’accompagner et d’aller déposer ma demande le jour de la saint Ignace. A l’église du Christ-Roi, j’ai été accueillie très chaleureusement par des membres de la CVX Luxembourg. Oui, le Christ me précédait. Edith à tout de suite pris mon adresse électronique pour créer du lien. Dès l’automne, je bénéficiais du week-end de rentrée de la communauté luxembourgeoise, sur les pas d’Ignace. Une vraie retraite pour cheminer avec le Pèlerin grâce à Nathalie, l’assistante des communautés de Bruxelles et Etienne l’assistant national de la Belgique francophone. Ce qui nourrira ma communauté locale pendant 6 mois en cheminant avec « Libre pour se décider, la manière d’Ignace de Loyola » de Jacques Fédry (supplément 123 de Vie chrétienne).
Comme à un puits, je retourne m’abreuver le 31/7 suivant accompagnée d’une amie de CVX Alsace. Cette petite communauté de 60 membres m’interpelle par sa solidarité et son ouverture internationale. Comment la faire goûter à notre nouvelle région Lorraine ? Patience m’est demandée pour respecter le chemin des compagnons lorrains !
La dernière communauté jésuite du grand Est annonce son départ de Nancy. Quelle perte et quelle aubaine !
Ce manque, pousse l’assistante de la région Alsace à contacter la communauté jésuite de Luxembourg. Des liens se créent tout de suite et un projet de week-end élargi nait.
Alors imaginez ma joie profonde quand j’ai appris cette bonne nouvelle et encore plus forte quand je suis passée devant les institutions européennes à Strasbourg pour me rendre à ce rendez-vous tant désiré. Revoir tant de visages d’amis dans le Seigneur d’Alsace, du Luxembourg et de Lorraine, que c’est bon. Découvrir de nouveaux compagnons, notamment des jeunes en accueil. Que de signes de Dieu à l’œuvre !
Partager en vérité sur son quotidien avec une communauté de 24 h, que ça fait du bien. Cheminer à travers le parc de l’Orangerie et la ville, 2 par 2, recevoir nos joies et nos difficultés, une vraie expérience de pèlerin. Mon compagnon m’a offert son histoire de jeune camerounais venu terminer ses études d’informaticien en France, suivant son épouse au Luxembourg, à la recherche de travail … Quelle ouverture sur la vie dans le monde !
J’ai vu des fruits du LISEL, Lieu d’Initiatives et Services des Etudiants au Luxembourg, l’équivalent du CISED ou CPU ou CPEG en France. J’ai eu confirmation qu’une communauté d’une soixantaine de membres pouvait enrichir la grande communauté France.
Véronique, Jocelyne et Josy, les 3 représentant du la CVX Luxembourg au Liban nous ont rappelé le sens oriental de l’accueil et communiqué la diversité de la communauté dans l’unité, la force de la communication non verbale, les beaux fruits de la CVX Uruguay… Ils nous ont permis de contempler Dieu à l’œuvre au cœur de ce monde et nous ont encouragés à continuer à travailler aux chantiers de la famille, des jeunes et de la mondialisation.
Tous les échanges, nous ont ouverts des pistes, comme regrouper des jeunes pour agir et les initier à la relecture.
Osons croire que l’impact d’un papillon change la vie de chacun, que le souffle de l’Esprit habite les plus petits et que c’est eux qui nous montrent la grandeur du partage.
Brigitte
**************************

Historique et enjeu de la rencontre
 
Les 5 et 6 avril 2014, les communautés régionales  d'Alsace et de Lorraine se sont retrouvées à Strasbourg pour un week-end régional commun, auquel étaient également conviés les membres de la communauté du Luxembourg. Une rencontre qui a permis de rendre plus tangibles les liens qui nous unissent au delà de nos petites frontières, et ainsi de rendre plus proche la réalité d'une communauté une et mondiale.
 
L’historique
 
Ce week-end est né de la rencontre de deux projets. Le premier remonte au dernier week-end commun de la région Alsace-Lorraine, avant la séparation en deux communautés régionales. Dans leur évaluation, de nombreux membres avaient exprimés le désir de revivre un week-end commun. Nos deux ESCR, élues lors de ce week-end, avaient gardé ce désir dans leurs têtes et leurs cœurs. Nous en avons reparlé lors de différentes rencontres au début de nos mandats, mais il ne semblait pas que ce soit le moment. Nous avons laissé les choses dans les mains du Seigneur.
 
Le second projet remonte au printemps dernier. Avec le départ des jésuites de Nancy, les communautés les plus proches de l’Alsace devenaient celles de Freiburg en Allemagne, Bâle en Suisse et Luxembourg. En tant qu'assistante de la région Alsace, je me tournais vers la communauté francophone, celle du Luxembourg, dont un des pères, Josy Birsen, est l'assistant nationale de la Communauté Vie Chrétienne. L'accueil fut chaleureux. Une première rencontre de trois membres de la communauté d'Alsace avec les responsables du Luxembourg nous permit de nous découvrir en profonde communion, et de faire naître un désir commun d'un davantage. Là encore, en l'absence de lignes plus précises, nous nous en remettions au Seigneur.
 
C'est la rencontre de ces deux projets, conduits, nous en sommes intimement persuadés, par plus grand que nous, qui a permis ce week-end régional un peu particulier.
Les enjeux
 
Le premier enjeu concernait le thème du week-end régional. Comment trouver un thème autour de l'Assemblée mondiale sans qu'il soit trop désincarné, trop lointain ? Comment rassembler autour d'un même thème deux communautés qui avaient cheminé chacune sur des axes très différents ?
 
Le second enjeu concernait le travail de collaboration entre nos deux ESCR d'Alsace et de Lorraine. Les rencontres en Grande Région nous avaient permis de repérer à quel point nous étions différents dans nos manières de faire, dans nos relations avec les membres de nos communautés régionales. Comment construire ensemble et non pas les uns à côté des autres ?
 
Le troisième enjeu était porté par nos amis du Luxembourg, qui souhaitaient des relations plus pérennes avec les communautés régionales frontalières françaises, eux qui ont déjà l'habitude de travailler avec les belges et les allemands. Comment faire pour que les relations interpersonnelles, si essentielles soient-elles, ne limitent pas les rencontres à un mandat, à une équipe, et que tout ne soit pas à recommencer avec la suivante ?
 
 
Comment cela s'est construit
 
 
Après l'été, dans la dynamique de l'Assemblée mondiale, nous nous sommes rencontrés à Strasbourg, les équipes service d'Alsace, de Lorraine et du Luxembourg, pour prier ensemble et laisser émerger des réflexions communes, des points d'attention qui nous parlaient davantage. La réflexion sur nos missions au quotidien est ressortie de manière forte, au milieu d'autres thèmes. Le texte de Franklin avait marqué plusieurs d'entre nous. Mais nous ne souhaitions pas aborder l’Assemblée Mondiale uniquement à partir d’une réflexion. Nous avons pensé que les Luxembourgeois, qui avait été à Beyrouth, pourraient venir témoigner de leur expérience, pour rendre plus vivante cette rencontre par un témoignage direct. Le thème et les modalités de notre week-end commençaient à prendre forme. Nous sentions que nous pouvions y aller ensemble. Mais tout était encore à construire.
 
Une seconde rencontre entre Alsaciens et Lorrain, à Saint Dié dans les Vosges, nous permit d'avancer encore, et surtout d'aborder toutes les questions d'organisation. Il a fallu apprendre à lâcher prise, de part et d'autre, sur des manières de faire et de sentir, et expérimenter que notre bonne volonté ne suffirait pas à faire l'unité. Tout cela devait encore mûrir.
 
Lors de la troisième rencontre, après quelques échanges de mails, nous nous connaissions déjà un peu mieux, nous nous en sommes remis au Seigneur, nous avons pu avancer en confiance. Et doucement, nous avons pu mieux nous comprendre et construire ensemble, nous mettre d'accord sur un titre, un déroulé, une répartition des tâches. A la fin de cette journée pluvieuse à Metz, nous étions heureux, plein d'action de grâce, et en même temps conscient du défi que constituait ce week-end. L'essentiel était bien de permettre aux membres de nos communautés régionales de vivre une expérience, tout à la fois joyeuse et profonde, sur le thème choisi : "Avec nos racines et nos ailes, franchissons les frontières".
 
Nous avons invité Sabine Desmarquet, la nouvelle responsable de notre Grande Région, à participer au week-end. Nous avons également proposé à Jean Fumex de nous rejoindre. L'un et l'autre ont accepté à notre grande joie. Nous nous sommes aussi posé la question, emporté par notre élan, d'inviter des membres d'Allemagne et de Belgique, ainsi que la déléguée de l'Eurolink. Ceci a fait longuement débat entre nous. Mais nous avons finalement décidé, pour cette première expérience, de ne pas aller trop vite. Il fallait déjà assurer cette rencontre là, entre membres de trois communautés et deux pays. Car même proches, et fondés sur les mêmes racines, nous nous sommes découvert bien différents.
 
 
Les fruits
 
140 personnes se sont retrouvées à Strasbourg pour le week-end. Nous avions choisi de centrer le samedi sur nos missions de laïcs au quotidien. En introduction, Marie Noëlle Jacamon, responsable de la communauté Alsace  a repris les éléments essentiels du texte de Franklin Ibanez : « La mission des laïcs, c’est de s’occuper des choses ordinaires, comme toutes les personnes ; mais les laïcs sont invités à le faire d’une manière différente : à la manière chrétienne. En d’autres mots, il leur est demandé de vivre dans le monde selon l’Evangile. Il s’agit de trouver et manifester Dieu dans les activités quotidiennes ». Elle nous a parlé de « l’effet papillon » et invité à oser chacun notre propre battement d’aile. Puis les personnes, en communauté de week-end mélangées, ont pu partager à partir des questions suivantes :
-       Quelles sont ces « choses ordinaires » dont je m’occupe, qui font ma vie quotidienne ?
-       Comment je m’y prends pour trouver et/ou manifester Dieu dans mon quotidien ? (chercher un ou deux exemples concrets)
-       Quels freins m’empêchent de vivre mon quotidien comme un lieu de mission ?
-       Comment la Communauté Vie Chrétienne m’aide-t-elle (ou pas) à travers ce lieu de mission, à travers mon quotidien, à m’ouvrir au Monde selon l’Evangile ?
 
Puis tout le monde a rejoint une paroisse proche pour participer à la « Messe qui Prend son Temps » de Strasbourg, qui avait lieu ce samedi là (cette messe, animée par le Réseau Ignacien de Strasbourg, a lieu une fois par mois). Les personnes ont été invité à s'y rendre à pied deux par deux, en binôme de régions différentes, pour continuer le partage sur la présence de Dieu dans leur quotidien, comme des pèlerins d'Emmaüs, sur un petit parcours d'une demi heure environ. Majoritairement, les participants au week-end ont exprimé, dans leur évaluation, combien les questions et le partage leur avaient permis des prises de conscience sur leur mission fondamentale de laïcs,  et combien ce temps d’échange à deux sur le chemin avait été riche.
 
Le dimanche, Guy Schuller a présenté la CVX Luxembourg dont il est le responsable. Puis Josy Birsens sj, assistant national, Jocelyne Wanderscheid et Véronique Grimée, déléguées à l'Assemblée mondiale, ont témoigné de leur expérience. Ce fut un moment très fort. L'après-midi, après un deuxième temps de partage en groupe, ce fut au tour de Jean Fumex de nous partager sa manière de concevoir son service de responsable nationale et la nouvelle gouvernance. Un long temps de questions-réponses entre Guy, Josy, Jean et les participants, a permis d’aborder de nombreux sujets tous ensemble. Le plus beau cadeau que nous avons reçu, ce furent les témoignages de membres qui nous ont dit qu’après ce week-end, leur regard s'était ouvert, les réalités des communautés du Liban et de Syrie prenaient une autre densité, ils se sentaient plus proche de la communauté nationale et mondiale, ils avaient expérimenté quelque chose de la communauté plus large…
 
Il faudrait encore parlé de l'investissement de tous les membres qui ont participé à la préparation de ce week-end. Les équipes qui ont préparé les chants et l'animation, celles qui ont créé la magnifique décoration autour des arbres à papillons, celles qui ont assurées les inscriptions, les diaporamas, qui ont accueillies, qui ont préparé les repas, les jeunes qui se sont occupés des enfants, etc.
 
 

Nous n'avons pas encore fait le bilan, entre nous, de ces journées denses et riches de rencontres et de réflexions partagées. Nous sommes conscients qu'il y a eu quelques ratés, quelques longueurs. Nous ne savons pas comment se poursuivra le tissage des liens qui se sont créés à cette occasion. Ce dont nous avons la certitude, c'est que le Seigneur était présent dans ce projet, dans la façon dont les choses se sont naturellement construites, à partir de nos intuitions et de nos bonnes volontés, à son écoute. Il saura, en temps et en heure, si nous restons attentifs à sa Parole et aux signes qu'Il met sur notre route, continuer le chemin ainsi tracé.
 
 
                                                                                              Blandine Somot
                                                                                              Assistante de la CVX Alsace
 
Impression Envoyer à un ami
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
Réagir à cet article
Vous devez avoir un compte pour laisser un commentaire.