Actualités
Archives de la revue

Recherche détaillée >
À faire, à voir
Retrouvez-nous sur
Facebook et Twitter !
La Communauté de Vie Chrétienne
www.cvxfrance.com
Centre spirituel du Hautmont
www.hautmont.org
Saint Hugues
www.sainthugues.fr

Sur une musique de Rameau

À la maison des prêtres âgés, fin juin, il m’avait accueilli goguenard :
- Tiens, un vacancier sur le départ, qui n’est pas très sûr de me retrouver à la rentrée
Pourquoi nier ? On ne ruse pas avec l’abbé H., musicologue.
 
Simon H. est la version ecclésiastique de la vieille dame indigne. Il en faut au moins un par diocèse, c’est statistique. Propos outranciers, générosité brouillonne et autres inconvenances, il était déjà spécialiste sous Pie XII, « c’est pas JR qui me fera fermer boutique.» K. confond Rome et Dallas. Sénilité ? Non, analyse sociopolitique.
 
Ce jour-là, sur son clavier coincé entre deux piles de partitions et un tas de linge sale, il m’a joué du Rameau. Pendant quelques minutes, le temps d’un rondeau, le vieux rebelle s’est fait interprète respectueux du maître, attentif au tempo, aux silences. « Poursuis la paix, recherche-la ». Simon le Zélote faisait halte à Béthanie.
 
Mais rassurez-vous, il s’est vite repris - en criant, fenêtre grand ouverte : « Rameau ! Génie octogénaire ! » Il se mettait en voix. Contre qui? Allez savoir avec un homme aux mille enthousiasmes, aux mille indignations.
 - Tu as vu les saints qu’on fabrique pour les jeunes cathos ? Leurs Pier Giorgio Savatti, leurs Claire de Cateldanlsac ? »
La diatribe dura plus longtemps que « les Tendres Plaintes » du bon M. Rameau. Elle permit plus de contrepoints – de dissonances aussi, dont le Vatican fit tous les frais. Le thème n’était jamais perdu de vue : pour H., un éloge appuyé d’existences fauchées en pleine jeunesse n’aide pas à devenir adulte.
 - Ça donnerait plutôt envie de mourir vite, avant que le temps ne gâte tout… Et l’on en croise, dans notre Église, de ces braves jeunes, bien généreux, bien purs, qui ont peur de se perdre en se frottant à la vraie vie.  Ils sont faciles à reconnaître : sur 10 ans, ils s’habillent toujours de la même façon. « J’ai gardé mon costume de première communion, mon petit cœur aussi… »
- Ce n’est pas à garder, son cœur de premier communiant ?
- La communion, petit, c’est justement ce qui nous permet de vivre, jour après jour, la perte de nos illusions sur nous-mêmes, sur le monde. Et de nous en réjouir…
Tout à coup, il s’est tu. Il caressait une partition…
« Tout ça, je l’ai compris le jour où j’ai admis que, plus le temps passait, moins j’avais de chance d’être un enfant prodige, et plus j’avais de temps pour découvrir la musique… »
 
Philippe ROBERT sj

 
PS J’ai revu l’abbé H., il n’est pas mort durant les vacances.
 
 
 
Impression Envoyer à un ami
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
Réagir à cet article
Vous devez avoir un compte pour laisser un commentaire.