Actualités
Archives de la revue

Recherche détaillée >
À faire, à voir
Retrouvez-nous sur
Facebook et Twitter !
La Communauté de Vie Chrétienne
www.cvxfrance.com
Centre spirituel du Hautmont
www.hautmont.org
Saint Hugues
www.sainthugues.fr
Question de communauté locale - Revue N°47 - Mai 2017

Se réconcilier en communauté locale


 
"Après un premier temps de découverte les uns des autres, nous nous confrontons à nos différences.
Cela peut conduire à des conflits larvés ou des dissensions. 
Comment faire pour gérer les crises et se réconcilier ensuite ?"

 
 
Sur des sujets douloureux, des opinions très divergentes, un ressenti d'un manque de respect … des dissensions peuvent voir le jour entre membres. Dans ces moments-là, la bienveillance risque d'être oubliée, ou exigeante à vivre.
La question de la réconciliation en profondeur et non en surface se pose.

Ainsi un membre souffrait d'entendre d'autres dire des paroles sévères à l'égard de l'Eglise, du Pape, du clergé. Interrogé, l'accompagnateur a encouragé cette personne à demander une réunion autour de la question de « mon histoire avec l'Eglise, mon attitude ». Les membres ont pris la chose au sérieux, et finalement deux réunions ont permis à chacun de comprendre l'autre, de consentir à ce que l'autre soit frère et différent. La réconciliation s'est faite sans la nommer mais en la vivant, en pratiquant la bienveillance et le non-jugement.

D'autres thèmes de réunion peuvent contribuer à mettre des mots sur un malaise :
« Le regard de Jésus et mon regard, le regard des autres tel que je le perçois ».
Ou encore une réunion sur le pardon : « les obstacles sur la voie du pardon, ce que le pardon donné ou reçu a changé dans ma vie… »

Parler en vérité (en "je") permet alors de s'entraider pour y voir plus clair, pour avancer en compagnons, plus profondément. Et l'accompagnateur pourra si nécessaire mettre les mots qui faciliteront la réconciliation.
 
Il arrive aussi que la crise éclate en réunion. Une personne craque suite à une parole véhémente, à une interpellation blessante, des paroles déplacées, un questionnement indiscret, une colère exprimée dans un partage ou l’annonce de quitter la communauté locale sans en avoir parlé auparavant…
Les membres sont surpris, c’est la crise.

Dans cette situation inattendue, chaque compagnon, et l’accompagnateur, essaie de prendre du recul pour sentir et reconnaitre ce qui se passe. Les mots sont prononcés avec délicatesse. Chacun  invite au calme et à accueillir ce qui se passe dans le respect de chacun. Il peut être nécessaire de prendre un temps de silence, de se mettre dans un climat de prière en tournant son regard vers Dieu, sa miséricorde. Et seulement ensuite reprendre le tour de table.

Il est bon que le temps d’évaluation soit maintenu en invitant chacun à exprimer son vécu de la réunion, en vérité et non une évaluation bateau et "bien-pensante". L’accompagnateur conseillera à chaque membre de prendre du recul vis-à-vis de ce vécu difficile en évitant les échanges par courriels ou téléphone. Il invitera aussi à prier les uns pour les autres et parler à Dieu de ce vécu en demandant la grâce de sortir de l’épreuve.

La préparation de la réunion suivante se fera en y incluant la relecture de cette dernière réunion : partager ce qui a bougé depuis chez chacun des membres.

La confiance entre les membres peut s'appuyer sur la  foi en cette Parole de Jésus : « Ne vous inquiétez pas de ce que vous allez dire, l’Esprit vous l’enseignera » (Matthieu 10,19).

La communauté locale pourra cheminer d'autant plus facilement vers la réconciliation que la préparation et le partage seront vécus dans la prière.
                Marie Chevallier
Impression Envoyer à un ami