Actualités
Archives de la revue

Recherche détaillée >
À faire, à voir
Retrouvez-nous sur
Facebook et Twitter !
La Communauté de Vie Chrétienne
www.cvxfrance.com
Centre spirituel du Hautmont
www.hautmont.org
Saint Hugues
www.sainthugues.fr
Ecole de prière - Revue N°41 - Mai 2016

Prier avec YouTube

Depuis quelques années, j’essaie de développer une présence évangélisatrice
dans l’environnement numérique.
Étant passionné par la pédagogie et la spiritualité ignatiennes,
YouTube s’est pour moi, petit à petit, révélé comme un lieu
privilégié où je trouve du matériel pour introduire des (moins) jeunes
dans une expérience d’intériorité.
 
Ceci m’a conduit à construire un site internet (www.seeingmore.org) pour partager mes vidéos avec
le réseau ignatien international.
Classifiées avec des tags et selon la dynamique des Exercices on y
trouve des centaines de vidéos, toutes profanes, brèves, avec peu
ou pas de paroles et sans message contraignant.
 
Une de mes utilisations préférées de ces vidéos est la méditation guidée.
Concrètement, je propose un temps de prière d’environ une
demi-heure, inspiré de la tradition ignatienne.

Dans cet article je donnerai un aperçu de cette méthode ainsi qu’un exemple concret.
 
Je commence par expliquer que la méditation commence dès le visionnement de la première vidéo.
Qu’à partir de ce moment-là une certaine qualité de silence est souhaitable.
Ensuite j’invite à ne pas chercher “l’interprétation exacte” des vidéos.
Mieux vaut laisser entrer les images et les sons dans son intériorité, les goûter,
sentir, et observer ce qu’elles provoquent en soi.
En général je propose trois vidéos.

Avant de lancer une vidéo, je donne aussi peu de commentaires que possible.
Après la projection de la première vidéo, je laisse une minute
de silence en invitant les gens à laisser les images entrer en soi et
à relire brièvement ce qu’ils ont ressenti, ce que les images ont
pu toucher ou provoquer en eux.
Immédiatement après je propose un temps de partage entre voisins.
Non pas pour convaincre l’autre. Mais bien pour échanger le vécu,
le ressenti, les mouvements intérieurs.
Ce temps de partage ne doit pas dépasser deux minutes.

Le même schéma est suivi trois fois de suite, en veillant sur la qualité
du silence, notamment pendant le visionnement.
 
Après cette première partie, on passe à une méditation guidée,
dans la tradition ignatienne, avec comme particularité que l’on
prend comme texte les récits visuels. 
 
Selon le public, cette méditation peut être explicitement priante ou davantage profane.
En introduction et à la fin, je propose les exercices (demande de grâce et colloque)
qui sont habituels dans toute méditation ignatienne guidée avec un texte biblique.
Ci-dessous, je donne un exemple de “points” (en condensé) pour trois vidéos.
 
Mon expérience m’a montré que cette médiation et cette méthode fonctionnent avec tout public :
ados, religieuses, hommes d’affaires, profs…
Le visionnement des vidéos crée une atmosphère de gratuité et de gaieté. Les moments
de relecture et d’échange, aussi brefs soient-ils, opèrent une première
ouverture du récit visuel.
D’autant plus que celui-ci mène avec une facilité étonnante à l’intériorité et l’intimité personnelles.
 
Le fait que ce récit visuel soit un des genres littéraires contemporains
les plus répandus et donc bien plus familier que le texte
biblique contribue considérablement à rendre ce type d’exercice accessible au plus grand nombre.

 

Nikolaas Sintobin sj

Méditations à partir de trois vidéos

Un grand-père joue du piano et raconte sa vie à son petit-enfant.
Les souvenirs reviennent :

des souvenirs doux et agréables, mais aussi des souvenirs douloureux.
Je prends le temps pour relire le temps passé.
Je regarde d’abord, en présence du Seigneur, les

événements, les rencontres,… beaux.
Pour quoi est-ce que je voudrais rendre grâce ?
S’il me reste du temps, je regarde ce qui m’a fait mal, ce qui m’a laissé dans la désolation.
Peut-être, me vient-il le désir de demander pardon.
 
A la fin de cette première partie, je peux me poser la question : qu’est-ce que je conclus de
cette relecture : y-a-t-il un point d’attention que je voudrais offrir au Seigneur ?
Ou peut-être ai-je envie de Lui demander sa grâce pour une intention particulière.

 

 
Sur les images du parc naturel, nous avons vu que la vie
est plus forte que la mort, que Dieu choisit ce qui est fragile.
Même si parfois cela peut prendre du temps.
 
Je médite ces images. Suis-je prêt à y croire ?
Où est-ce que j’ai dû me battre moi-même, où est-ce que d’autres se sont battus pour moi ?
Et ai-je été sauvé d’une situation qui semblait désespérée ?
Que signifie la résurrection dans ma vie ?



 
Un moine fait tout ce qu’il peut pour attraper un poisson, sans y parvenir.
Cela le désespère. Après avoir tout essayé, il se rend.
En ce moment même le poisson se rapproche de lui.
Ensemble ils montent au ciel.
 
Il suffit que le moine se dessaisisse de son désir le plus profond pour que la réponse lui soit donnée.
Quel est mon désir le plus profond ?
Est-ce qu’il m’est déjà arrivé de me dessaisir de la réponse et de m’abandonner ?
Est-ce qu’il m’est déjà arrivé que la réponse me soit donnée gratuitement ?
Suis-je prêt à demander au Seigneur de pouvoir lâcher prise ?

 
 

Impression Envoyer à un ami
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
Réagir à cet article
Vous devez avoir un compte pour laisser un commentaire.