Actualités
Archives de la revue

Recherche détaillée >
À faire, à voir
Retrouvez-nous sur
Facebook et Twitter !
La Communauté de Vie Chrétienne
www.cvxfrance.com
Centre spirituel du Hautmont
www.hautmont.org
Saint Hugues
www.sainthugues.fr
Courrier des lecteurs - Revue N°20 - Novembre 2012

Petite méditation sur le pardon



NOTRE PERE

 

Notre Père qui habite au plus profond de notre cœur, et fait de nous des frères
 
Que ton Nom soit premier dans nos vies,
 
Que ton amour tout-puissant règne sur le monde,
 
Que nous réalisions ta volonté de nous aimer les uns les autres comme tu nous aimes,
 
Donne-nous aujourd’hui ce qui nous fait vivre,
 
Pardonne-nous d’avoir offensé ton amour, et que nous partagions ton pardon avec ceux qui nous ont blessés ;
 
Rends-nous forts pour que la tentation ne l’emporte pas sur notre faiblesse,
 
Et libère-nous de l’emprise du Mal.
 
Car c’est à toi que reviennent le règne de la paix, la toute-puissance de l’amour, et la gloire de la resurrection.
 

Amen
 

Lorsque je prononce ces paroles du Notre Père que Jésus nous a enseigné, « pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés », je pense à telle ou telle personne qui m’a blessée, volontairement ou non, et je réalise bien souvent que je prononce ce pardon du bout des lèvres… ma tête y est mais mon cœur n’y est pas. Comme si je disais à Dieu : « je lui pardonne parce que tu me le demandes, mais… » Le problème, lorsque je dis que je pardonne, c’est qu’il y a souvent un mais… parfois c’est pire… quand la blessure que je ressens est trop profonde, ce sont des mots de révolte qui me viennent : « Seigneur, tu ne peux pas me demander ça. »

Et pourtant… je sais que le pardon de Dieu est inconditionnel, qu’il est gratuit. Ce qui ne veut pas dire qu’il doit rester sans effet sur ma relation avec mon frère : lorsqu‘au cours de l’Eucharistie nous partageons la Paix du Christ, ce geste dit bien l’appel de Jésus à faire la paix entre nous, à nous pardonner les uns aux autres, y compris  (et peut-être surtout ?) à ceux qui ne sont pas là…. En communiant à son Corps, nous disons que nous sommes frères, et pas frères ennemis…
 
Alors il me vient à l’esprit, (ou n’est-ce pas plutôt que l’Esprit entend ma prière?...) que le pardon n’est pas le fruit d’une attitude volontariste, comme s’il ne dépendait que de moi, mais bien plutôt une grâce à demander, un « don »  (dans le mot pardon, il y a:don)  à recevoir et à partager…
Le Christ sur la croix n’a pas dit : « Père, je leur pardonne…» mais « Père pardonne-leur » et il ajoute « ils ne savent pas ce qu’ils font ». Il se fait médiateur entre son Père et les hommes, il intervient en leur faveur, il les excuse presque… «  ils ne savent pas ce qu’ils font »: ils ne savent pas qu’en me condamnant à mort, ils se condamnent eux-mêmes, ils détruisent en eux la vie, la vraie Vie, c’est-à-dire la tienne, celle que tu voulais partager avec eux et qu’ils ont refusée.
 
Alors, quand les mots du pardon me semblent difficiles, voire impossibles à prononcer, quand la blessure est trop profonde, trop ancienne, qu’elle est encore vivace aujourd’hui comme une écharde dans ma chair, une plaie mal cicatrisée qui se rouvre à la moindre occasion…(et elles sont nombreuses !) pourquoi ne pas demander au Seigneur de m’accorder la grâce de me laisser habiter par son pardon, traverser, irriguer par lui, afin qu’il se propage et rayonne comme une chaleur, une lumière, dans le cœur de celui ou celle qui m’a fait du mal.
 
Cette prière, nous pouvons l’adresser à Dieu « 77 fois 7 fois »… selon les paroles de Jésus, c’est-à-dire chaque jour de notre vie. Car de même que nous offensons quotidiennement l’amour de notre Père, et qu’il nous pardonne sans jamais se lasser, de même c’est tous les jours qu’il nous invite à partager son  pardon avec nos frères.
 

Madeleine NONCLE-PETIOT

 

Impression Envoyer à un ami
Commentaires des internautes
garlousette le 10/11/2012 à 17:42

j'ai beaucoup aimé ce "notre pére" ré écrit et complété, ainsi que le texte sur le pardon
bravo Madeleine et toutes nos amitiés

             1             
Réagir à cet article
Vous devez avoir un compte pour laisser un commentaire.