Actualités
Archives de la revue

Recherche détaillée >
À faire, à voir
Retrouvez-nous sur
Facebook et Twitter !
La Communauté de Vie Chrétienne
www.cvxfrance.com
Centre spirituel du Hautmont
www.hautmont.org
Saint Hugues
www.sainthugues.fr

petite lecture d'image


Adorer? 


Voici une image subtilement composée.
Dans le tiers droit de l’image, une femme,
vêtue d’or, se détache  sur un halo de lumière nacrée qui lui compose une aura, voire une mandorle comme pour les représentation du Christ du 12ème siècle. 

Elle nous regarde avec assurance.


Le tiers gauche montre deux candélabres dorés surmontés de bougies allumées qui se reflètent dans le mur.
Clair-obscur, mystère…

Au centre, une surface floue piquetée de flammes fragiles, laisse surgir ces mots : J’adore Dior.

Une seule couleur : l’or.

Le corps sculptural, moulé jusqu’au menton dans une robe étroite, ornée de multiples colliers, sollicite le toucher pour éprouver sa densité et sa douceur.

Candélabres et flammes des bougies renvoient à l’intérieur d’un temple.
Cette publicité use du registre religieux.

Cette femme est une déesse qu’on adore.
Elle l’est devenue grâce à Dior.



La seconde image, pour le même parfum met la déesse à portée de main.

La femme est cadrée en plan poitrine, elle occupe toute la surface de l’image.
C’est le flacon qui est proposé à notre adoration.
Mais, si vous saisissez le flacon, vous pouvez devenir cette déesse,
objet de désir, prête à
révéler toute sa divinité, comme le suggère la main qui amorce le geste d’arracher le bustier.

Face à cette image, je peux admirer le travail d’orfèvre des publicistes
et éprouver du plaisir dans cette admiration.
Mais elle m’interroge : « On n’adore que Dieu seul !» Où sont mes idoles ?

Apprendre à décrypter les images  nous invite à goûter la beauté du monde sans nous laisser prendre aux pièges de l’idolâtrie tellement présents dans notre monde.

Cela peut faire partie des exercices spirituels.


Genevière Roux
Xavière
Impression Envoyer à un ami
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
Réagir à cet article
Vous devez avoir un compte pour laisser un commentaire.