Actualités
Archives de la revue

Recherche détaillée >
À faire, à voir
Retrouvez-nous sur
Facebook et Twitter !
La Communauté de Vie Chrétienne
www.cvxfrance.com
Centre spirituel du Hautmont
www.hautmont.org
Saint Hugues
www.sainthugues.fr

Pas d’association idéale

Le fait de partager les mêmes valeurs n’empêche pas le conflit. Véronique à ce sujet ne se fait plus d’illusions.
 

J'ai toujours travaillé bénévolement ou en tant que salarié dans des
structures associatives, ecclésiales et laïques, sociales, ou d'éducation populaire. J'ai longtemps cru que ces espaces de travail étaient à l'abri du conflit parce que les personnes engagées y étaient au nom de valeurs partagées, porteuses de motivations généreuses et désintéressées, parce que l'objet de l'association était au service du monde.

Et pourtant... à chaque fois il y a eu conflit dont j'ai été témoin mais aussi actrice.

Le conflit c'est comme une guerre, une lutte entre des personnes qui ne se comprennent plus ou qui ont des intérêts contraires. Lutte de pouvoir, jeux de séduction, relations de dominant - dominé, incompréhension, non-dits... Et tout cela abîme les personnes.

Cela m'a abîmée. J'ai mis toute mon énergie – puisé dans la prière et le soutien de proches -  pour ne pas déraper dans la haine, le mépris.

Le cœur de la vie associative est la circulation de la parole, le travail d'une équipe, la rencontre. Les relations y sont moins hiérarchisées que dans d'autres structures. Les motivations des uns et des autres ne sont pas toujours accordées. Aussi quand l’intérêt personnel prime sur le bien commun, les conflits naissent. Il y a souvent de quoi désespérer dans ces lieux fragiles, précaires.

Début 2011, j'ai quitté une association qui m'avait employée. J'ai démissionné suite à un constat d'échec dans mes relations avec certaines personnes, conflits non gérés qui nous empêchaient de travailler sereinement et efficacement. La situation m’abîmait, abîmait les collègues et les personnes accompagnées, abîmait notre capacité d'accueil et d'écoute. Quatre années à tenter le dialogue sans résultat, j'ai préféré quitter.

La rupture m'a donné la force de m'engager dans un projet de création d'une structure associative. C'était ma réponse : je rêvais de créer l'association idéale, où les relations bénévoles-salariés- conseil d'administration … soient sereines, idéales. Réussir là où j'avais vu d'autres échouer. Quel orgueil !

Dés le démarrage de l'aventure de création, j'ai constaté que les relations sont lieu de difficulté. La fragilité est structurelle voir nécessaire ; elle rend le travail délicat.

Aujourd'hui j'ai abandonné cette illusion, ce rêve d'association sans conflit. Il y en aura. Il faut sans doute qu'il y en ait, c’est la garantie d'une liberté d'expression. Il me reste à apprendre à écouter, à gérer, à accompagner, à discerner afin d'éviter que ces conflits deviennent des guerres.
 

Véronique
Impression Envoyer à un ami
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
Réagir à cet article
Vous devez avoir un compte pour laisser un commentaire.