Actualités
Archives de la revue

Recherche détaillée >
À faire, à voir
Retrouvez-nous sur
Facebook et Twitter !
La Communauté de Vie Chrétienne
www.cvxfrance.com
Centre spirituel du Hautmont
www.hautmont.org
Saint Hugues
www.sainthugues.fr
Ecole de prière - Revue N°61 - Septembre 2019

Mettre en place une prière régulière





Brigitte Kern et Dorothée Lagabrielle proposent des repères pour entrer dans une vie de prière régulière et répondre ainsi à l’amour du Seigneur : s’appuyer sur l’écoute de sa Parole, s’inscrire dans une régularité qui sera propre à chacun, mais également solliciter le soutien de frères et bien sûr du Seigneur.


Voilà une question qui suppose déjà que l’on ait fait une ou plutôt des expériences de prière…C’est une question qui peut surgir à la suite d’une première retraite où l’on a goûté à ce temps de coeur à coeur avec Dieu, où « j’ai » goûté profondément à cet amour de Dieu pour moi. Comment
accueillir cet amour discret qui m’invite à davantage ?

Et si Dieu m’aime à ce point alors j’ai envie de répondre à cet amour, de m’approcher de Lui, de le connaître davantage. La prière régulière est de
cet ordre-là, elle est une manière de me rendre disponible dans ma vie ordinaire à la Parole de Dieu aussi bien qu’à l’écoute de son Esprit dans ma vie de tous les jours…

Prier avec la Parole
Tout d’abord, pour qui veut se rapprocher du Dieu de Jésus Christ, il est nécessaire d’avoir à portée de main Sa Parole. Elle est le socle fondamental qui va permettre une rencontre entre le Créateur et sa créature. Elle est ce qui nous permet
d’entrer dans la relation au Christ et par lui dans une communion avec le Père. Regarder le Christ, l’écouter, le voir dans sa vie auprès des hommes nous donne de mieux le connaître et de mieux l’aimer. C’est par Lui que nous « touchons » le Père, que nous le découvrons.

Il peut être plus facile de commencer par prier avec des scènes évangéliques où Jésus est en relation, où il parle, où je le vois agir. Dans un premier temps, je le regarde Lui, puis je regarde ce que cette scène suscite en moi et ce que j’en fais dans ma relation au Christ, ce que cela ouvre dans ma vie quotidienne…

Cette rencontre se fera au moment choisi par Dieu et quand j’ouvre la porte, la prière est une rencontre de deux libertés : la mienne qui choisit de prendre ce moment et celle de Dieu qui s’offre à moi. Prier c’est accepter de se laisser toucher par son amour, sa présence et être parfois bousculé, interpellé par Sa Parole vivante. Si je veux me laisser façonner, travailler par l’amour de Dieu, oui, une régularité est nécessaire, mais au rythme de chacune et chacun, selon les étapes et les évènements de la vie. L’ordinaire n’est pas le même selon que je suis parent de jeunes
enfants, que ma vie professionnelle est très dense ou que je suis au temps de la retraite… Je peux demander au Seigneur de m’aider dans cette recherche de régularité : pour certains tous les jours, pour d’autres deux fois par semaine… J’ai à demander ce que je désire là où j’en suis de
ma relation à Dieu, il m’appartient de choisir ce que je veux lui offrir. Petit à petit, en m’essayant à cette régularité, je vais sentir que ma vie quotidienne est habitée par ce temps de prière, car j’aurai découvert que le Seigneur me parle dans tout.

Ce n’est pas facile de choisir de s’arrêter et parfois impossible. Je peux alors demander la grâce et le soutien fraternel pour persévérer dans ce désir. Dans une réunion de communauté locale, on peut faire le « tour de la prière » : chacun dit comment il a réussi ou non à être fidèle dans
sa prière personnelle entre deux rencontres… C’est une manière de se soutenir, d’être responsables les uns des autres et de faire l’expérience que nous pouvons nous porter dans ce lieu intime qu’est la prière personnelle. Il s’agit également comme dans toute relation humaine de fidélité
à la rencontre et au partage. Cette fidélité est bonne pour moi car elle est un fil conducteur qui me nourrit, elle est donc bonne pour ceux qui m’entourent aussi.

Il peut m’arriver et il m’arrivera d’être en panne… Et heureusement, car la prière régulière s’appuie sur le regard miséricordieux du Père qui connaît ses enfants et qui sait leur fragilité… Je peux alors m’appuyer sur Lui car Il est toujours là, avec son amour et sa patience et il m’attend,
il m’espère, il m’envisage… De toute façon, une prière ne s’évalue pas, elle se cherche, se vit, grandit. Je me rappelle alors que Jésus aussi se retire souvent pour prier, se met sous le regard de son père, en toute liberté et confiance, et qu’ensuite il porte du fruit.

Mettre en place la prière régulière est une décision de tous les jours, le « Fiat » de Marie au quotidien. C’est peut-être cela l’espérance à laquelle nous sommes invités…


Brigitte Kern et Dorothée Lagabrielle
 





Impression Envoyer à un ami