Actualités
Archives de la revue

Recherche détaillée >
À faire, à voir
Retrouvez-nous sur
Facebook et Twitter !
La Communauté de Vie Chrétienne
www.cvxfrance.com
Centre spirituel du Hautmont
www.hautmont.org
Saint Hugues
www.sainthugues.fr
Ecole de prière - Revue N°33 - Janvier 2015

Méditer avec un journal

 

Et s’il suffisait de changer de regard pour que l’actualité ne soit pas qu’une source de mauvaises nouvelles.
Elle peut même soutenir notre prière et devenir source d’expérience spirituelle.


On médite habituellement avec des textes de la Bible, avec aussi

des textes spirituels. Il est moins courant de prier avec un journal.
Et pourtant, cela peut devenir le lieu d’une expérience spirituelle
très fructueuse.
En effet cette manière de prier développe en nous quatre attitudes :

- Développer l’admiration et la compassion devant ce monde
dont saint Augustin dit qu’il est la première Bible.
Puisque Dieu en est l’auteur, puisqu’il se communique à travers sa création et se
dit à travers elle, on peut s’étonner devant ce monde, devant cette
humanité traversée de tant de beauté et de souffrance, s’étonner
qu’il y ait de l’être plutôt que rien.
Admirer que Dieu soit source et fondement de l’existence, pas
un créateur au passé mais de toujours à toujours, source de l’être
aujourd’hui et compatir de la même compassion de Dieu devant
ce qui déshumanise l’humain. 

- Développer un regard de foi qui voit en ce monde, un monde
dans les douleurs d’un enfantement : celui du Salut.
Un monde définitivement sauvé par l’incarnation, la mort et la résurrection
du Christ, mais un salut comme une semence jetée en terre, un
levain caché dans la pâte.
Être devant ce monde, un veilleur d’espérance qui sait voir ce qui
naît, ce qui se transforme dans le sens du Royaume de Dieu.

- Développer un regard christique qui sait voir les mystères
du Christ dans la vie même de ce monde :

Voir dans la vie de ce monde des annonciations, des naissances,
des visitations, des purifications, des enfants retrouvés, des agonies,
des arrestations, des procès et des condamnations, des
outrages, des morts, des résurrections, des ascensions, des pentecôtes,
des assomptions, des couronnements.

Dire cela, c’est tirer les conséquences de l’Incarnation :
Par elle, nous savons que rien de ce qui est humain n’est étranger à
Dieu, tout ce qui est humain est visage de Dieu.

- Développer un désir plus fort d’apostolat pour faire connaître
et aimer Jésus-Christ, pour que son règne vienne en ce monde
si beau et si blessé à la fois.
Il a voulu avoir besoin de nous.
Nous sommes aujourd’hui, ses mains, son coeur, pour prendre soin de ce
monde, nous engager à le servir dans le sens de la vie.

Comment faire ?

- Ce qui vient en premier, c’est bien sûr d’en faire une prière d’intercession.
À condition de bien comprendre de quoi il s’agit.

Il s’agit d’entrer dans le projet de Dieu, qui veut notre bonheur et
notre vie, et de lutter par notre intercession contre les forces de
destruction.
La prière d’intercession est un combat contre le mal.
Celui qui intercède est comme un soldat.
Mais pas un soldat solitaire, il lutte avec les autres priants du
monde mais surtout il lutte sous la bannière du Christ l’unique Intercesseur,
Celui qui est vainqueur du mal.

Il me semble intéressant de comprendre l’intercession comme un
combat à côté du Christ, derrière lui, comprendre que notre prière
d’intercession participe à son combat et à sa victoire.

Donc de ce point de vue, il y a suffisamment matière dans la mesure
où (et on peut le regretter) la presse s’intéresse souvent à ce qui
va mal plutôt qu’à ce qui va bien.

- Si vous lisez un journal qui ne se limite pas à rendre compte du
bruit des forêts qui brûlent mais aussi du silence des arbres qui
grandissent, il y a aussi matière à l’action de grâce.

De ce point de vue, des journaux comme La croix, peuvent vraiment
aider, car ils ont le souci de parler de toutes celles et ceux qui
agissent dans l’esprit du Christ (qu’ils soient croyants ou pas).

Il a ainsi matière à rendre grâce pour tout effort vers le beau, le
vrai, le juste dont ces journaux peuvent rendre compte.

Quels fruits en attendre ?

1 - Un décentrement

La lecture/médiation du journal nous fait sortir de nous-mêmes, nous décentre.
Elle nous aide à ouvrir notre coeur aux dimensions du monde.
Nous pouvons ainsi vivre une grâce que sainte Thérèse Couderc
a vécu, elle qui disait : « Mon coeur est grand comme le monde »

2 - Un regard contemplatif

Elle peut nous faire entrer dans une vraie contemplation :

la lecture du journal, mais aussi la prière dans la rue, mais aussi dans
la nature, peut nous amener à une contemplation de l’oeuvre de Dieu
en me rendant attentif à la vie de ce monde : regarder sa beauté et
sa souffrance, écouter ses joies et ses espoirs, c’est en fait me rendre
attentif à Dieu qui est créateur et sauveur de ce monde, c’est m’intéresser
à ce qui intéresse Dieu.

Car la meilleure manière de faire plaisir à un artiste, c’est de s’intéresser
à son oeuvre.
Michèle Jeunet, rc
Centre spirituel du Cénacle de Versailles
Impression Envoyer à un ami
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
Réagir à cet article
Vous devez avoir un compte pour laisser un commentaire.