Actualités
Archives de la revue

Recherche détaillée >
À faire, à voir
Retrouvez-nous sur
Facebook et Twitter !
La Communauté de Vie Chrétienne
www.cvxfrance.com
Centre spirituel du Hautmont
www.hautmont.org
Saint Hugues
www.sainthugues.fr

Il faut qu'une porte soit fermée

« Très biblique, profondément biblique, tu sais… »
Avec Jean K., c’est toujours pareil. Quoi que vous lui racontiez - une belle rencontre, une lecture déconcertante, un souvenir d’enfance tenace, il suffit que ça vous tienne à cœur - il cite les Écritures. Quelques versets en écho, et voilà votre confidence toute auréolée d’universel.
Ainsi, l’autre jour - et pourtant on ne refaisait pas le monde, nous parlions tranquillement des départs en vacances, d’une vieille amie commune qui a désormais beaucoup de mal à se hisser en voiture, du bruit mat à la fermeture de sa portière...
- Sur ces voitures modernes, vous avez remarqué ? Ce n’est plus clac !, bêtement métallique. Ça sonne net, chaleureux. Pour notre Julie, c’était comme si j’entendais dire : « Ne t’inquiète pas, elle fera bon voyage… »
- Noé, Philippe, Noé ! Lorsque l’arche est enfin prête à partir : « Alors le Seigneur ferma la porte sur Noé. »
[1] Au moment de la séparation, nos vrais amis prennent soin de nous, mais ils ne nous retiennent pas. Ils n’ont qu’une porte à refermer soigneusement.
 
Jean eut son bon sourire : « Ce n’est pas à un vieux juif comme moi de te le dire, mais Jésus a connu cela. Pour lui aussi, un ami a su veiller doucement à la fermeture… »
Je restai perplexe.
Il fit comme s’il ne savait pas aussi par cœur le Nouveau Testament, prit ses lunettes, et lut :
« Joseph d’Arimathie descendit Jésus de la croix et l'enroula dans le linceul. Il le déposa dans une tombe qui était creusée dans le rocher et, ah, voilà, il roula une pierre à l'entrée du tombeau. » 
[2]
- Brr, des rites funéraires. Vous avez de ces parallèles, Jean !
- Et toi, tu ne trouves pas qu’ils résonnent comme « Marie mit au monde son fils premier-né, l'emmaillota et le déposa dans une mangeoire »?
[3] Dans tous ses gestes - qui l’eût cru de ce digne notable ? - le bon Joseph est plus qu’amical : maternel. Alors, à la fin, cette pierre roulée, c’est l’ultime délicatesse …
 
Sa main jouait avec le couvercle d’un vieux coffre à cigares.
- Tu permets que je fasse de la théologie à deux shekels, pour belle soirée de juin en province ?
Au fond, murmura-t-il, chacun se demande qui lui roulera la pierre
[4]... Mais vous, les chrétiens, vous voulez qu’on se pose deux fois la question. La première, pour savoir si un ami sera là, et fera de son mieux en fermant bien la porte - et la seconde fois, pour savoir si Dieu est là, et fera l’impossible en la rouvrant…
 
Il y a des soirs où l’on est heureux d’avoir deux shekels sur soi.
 
Philippe ROBERT sj
 

[1] Genèse 6, 17
[2] Marc 15, 46
[3] Luc 2, 7
[4] Marc 16, 3
 
Impression Envoyer à un ami
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
Réagir à cet article
Vous devez avoir un compte pour laisser un commentaire.