Actualités
Archives de la revue

Recherche détaillée >
À faire, à voir
Retrouvez-nous sur
Facebook et Twitter !
La Communauté de Vie Chrétienne
www.cvxfrance.com
Centre spirituel du Hautmont
www.hautmont.org
Saint Hugues
www.sainthugues.fr
Question de communauté locale - Revue N°31 - Septembre 2014

Est-ce opportun d'accueillir ?

 
 

Pour certaines communautés locales c’est évident : « Pourquoi on nous demande ? Ils savent bien
qu’on va dire ‘oui’! » Pour d’autres l’évidence est inverse : « Nous sommes déjà neuf à partager, c’est
bien trop lourd. Pourquoi perdre du temps ! ».
Parfois, c’est au sein d’une même communauté locale que ces phrases peuvent résonner.
La demande de l’équipe service d’accueillir de nouveaux compagnons
dans une communauté locale vient toujours déranger.
Elle dérange car la réponse semble évidente, du moins avant de la partager en communauté. Elle
dérange car l’équipe était sur sa lancée, et il faut « utiliser » une réunion pour ce genre de détails.
Elle dérange, car dans une certaine routine, il faut prendre du temps pour au moins s’interroger sur la
place de l’autre, d’un autre dans la CL.


Bref, il faut faire de la place, au moins à la question posée. Pour cela, prendre d’abord le temps
de considérer sa propre situation. Un temps où chacun pourra dire ce qu’il ressent face à cet
accueil possible, exprimer comment lui-même a été accueilli dans les diverses communautés. Il
y a toujours la joie d’une nouvelle rencontre mêlée à la peur d’être bousculé. L’entendre chez les
compagnons et le dire soi-même, afin du partir du réel de chacun.
 
S’interroger également sur les capacités du groupe à accueillir.
Où en est la communauté de sa croissance ? Y a-t-il des questions particulières à creuser, des discernements
communautaires en cours ou demandés pour prochainement ? Si c’est le cas, accueillir une personne dans ces moments
particuliers peut être gênant, à la fois pour l’accueilli qui se trouvera propulsé dans une rencontre
à fort enjeu sans connaître les personnes et les situations, et pour le groupe qui voudra à
la fois accueillir dans de bonnes conditions, faire connaissance et discerner ensemble.
 
Les aspects matériels doivent apparaître au début de la rencontre,
afin que chacun puisse exprimer ses réticences ou sa joie : la personne habite-t-elle
loin ? Les déplacements chez elle sont-ils faisables par tous ? Du covoiturage
est-il possible ? Est-ce un homme ou une femme ? Une personne seule ou un couple ?
En début de carrière ou à la retraite ? Sera-t-elle seule dans sa situation ? Cela va-t-il créer
un déséquilibre ? Est-ce surmontable ? Est-ce un problème ou une chance ? Fait-on confiance
à l’équipe service qui a déjà pesé de nombreuses possibilités avant d’adresser cette demande ?
 
Les points de blocage ou de réticence révèlent quelque chose de nos peurs. Mais une trop grande
générosité qui ne se teinterait pas de quelques réticences est également à interroger ! Une parole
contradictoire est-elle possible, entendue, acceptée ?
 
Au second tour, tout peut se passer : basculer vers des crispations comme vers plus de vie… Un
temps à privilégier. Finalement les critères objectifs de temps, de distance, d’homogénéité…
aussi importants soient-ils permettent souvent de mettre à jour d’autres enjeux plus enfouis:
que souhaite vivre la communauté locale pour les mois, les années suivantes.
 
N’hésitez pas à vous laisser déranger par l’équipe service régionale.
De surprenants fruits peuvent apparaître derrière cette question anodine.

 
Marie-Gaëlle Guillet
Impression Envoyer à un ami
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
Réagir à cet article
Vous devez avoir un compte pour laisser un commentaire.