Actualités
Archives de la revue

Recherche détaillée >
À faire, à voir
Retrouvez-nous sur
Facebook et Twitter !
La Communauté de Vie Chrétienne
www.cvxfrance.com
Centre spirituel du Hautmont
www.hautmont.org
Saint Hugues
www.sainthugues.fr

Entre générations

L’amitié refait les liens distendus entre jeunes et moins jeunes. A l’ère du numérique et des réseaux sociaux, les occasions de communication interpersonnelles s’amenuisent. Les jeunes sont coupés de leurs proches. Ils sont en attente de personnes qui sont porteuses de temps, présentes, bien situées à l’écoute. Qui peuvent le mieux répondre à leur désir, si ce n’est les personnes plus âgées ? Elles savent de par leur vécu rejoindre ces jeunes au point où ils en sont et non pas au point où nous voudrions qu’ils soient. L’impatience des proches est en opposition avec la patience des « sages ». Cette attitude patiente ne signifie pas qu’il n’y a pas de cadre, mais tous deux « jeunes » et « vieux » sont dans ce cadre.

Comment naît et vit cette amitié ? Tout d’abord, je dirai que l’écoute est un des sens importants pour instaurer et développer l’amitié. Elle permet de m’exprimer, de me confier sans être immédiatement contredit, je suis écouté jusqu’au bout, sans jugement, sans comparaison. L’Ancien ne se sent pas non plus jugé, soupçonné de… Le Jeune est heureux d’être avec quelqu’un qui a du temps. L’écoute exige de prendre du temps et de savoir observer.

L’expression de l’amitié dans l’intergénérationnel permet de développer la personne avec ses richesses et éloigne l’individu. Nous sommes sans cesse en croissance. L’amitié est un moyen pour développer notre personnalité. Nous naissons « individu » et peu à peu nous devenons une personne.

Quel peut être l’impact de l’amitié intergénérationnelle ? Il est évident que les aînés trouvent une certaine amélioration de leur qualité de vie, la possibilité de développer de nouveaux liens affectifs, ainsi qu’une valorisation de leur rôle qu’ils joueront auprès des jeunes. En effet ils transmettront des valeurs et des savoirs reliés à leur expérience de vie. Par ailleurs, il y a tout à parier que le dynamisme de la jeunesse aura un impact positif. Du coup, l’isolement du jeune s’estompe. Pour les jeunes, le rapprochement des générations devrait leur donner la possibilité de développer les capacités qu’ils possèdent ainsi qu’un certain nombre de compétences personnelles et sociales. Plus que tout, les échanges intergénérationnels donnent accès aux jeunes à de nouveaux éclairages en matière d’expériences de vie et de valeurs. Par les rencontres profitables, les jeunes pourront avoir mûris et auront eu l’occasion de se décentrer de leur expérience personnelle par la découverte d’une réalité jusqu’alors étrangère.

Cette amitié je l’ai expérimentée dans plusieurs relations. J’en relaterai une :

Je travaillais dans une Ecole Supérieure et j’organisais des groupes de réflexion ouverts à des étudiant(e)s. Je devins très ami avec plusieurs  couples. Nous échangions profondément, je les écoutais plus que je leur inculquais une doctrine. Un jour un des couples m’a annoncé sa décision de se marier. Que dire ? Sinon, les regarder, les apprécier et partager leur joie. Cependant, sachant qu’ils vivaient ensemble dans le même appartement, je leur pose la question : pourquoi vivre ensemble ? Question financière, me répondent-ils. Et maintenant, le mariage, pourquoi ? Parce que ces dernières années de vie commune nous permettent de nous marier.

Sentant que nous étions en confiance, je me permets de reprendre leur expérience : finances, vivre ensemble, ils s’apprécient, pourquoi ne pas continuer en se mariant ? Toutes ces années, ils étaient conduits par les économies imprégnées d’amour au fil du temps. Il y avait continuité. Aussi pour approfondir leur décision, je leur demande de rompre l’intérêt financier pour vérifier l’authenticité de leur amour qui n’était pas à douter. « Séparez-vous pendant un temps sans téléphone, sans lettre », leur proposais-je. Je leur demande de réfléchir au pourquoi et au comment de cette proposition. Etonnés, voire interloqués, ils reviennent quelque temps après et me disent : « Tu nous connais, tu nous apprécies, nous acceptons. ». Pas facile, mais notre amitié, notre confiance mutuelle permettaient de vivre cette expérience.

Je pense que sans cette amitié forte, l’acquiescement à ma demande n’aurait pas eu lieu. Cette amitié était basée sur l’expérience de l’un vis-à-vis du désir des autres. Certes, je n’ai rien imposé mais après discussion avec eux, les ayant écoutés, je pouvais m’exprimer simplement.

Nous sommes toujours très liés et ils me remercient encore de ma proposition.

Ecoute, regard, amour ne peuvent que véhiculer la confiance vis-à-vis de soi-même, vis-à-vis des autres.

Denis Delobre sj

 

Impression Envoyer à un ami
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
Réagir à cet article
Vous devez avoir un compte pour laisser un commentaire.