Actualités
Archives de la revue

Recherche détaillée >
À faire, à voir
Retrouvez-nous sur
Facebook et Twitter !
La Communauté de Vie Chrétienne
www.cvxfrance.com
Centre spirituel du Hautmont
www.hautmont.org
Saint Hugues
www.sainthugues.fr
Faire communauté - Revue N°43 - Septembre 2016

En route vers la Miséricorde et la solidarité internationale sur le chemin de Saint Jacques




 Tisser des liens entre la CVX et le CCFD Terre Solidaire se fait concrètement dans la communauté régionale Garonne Ariège.
Ils en témoignent ensemble.


Dans sa « Bulle d’Indiction de l’Année Sainte de la Miséricorde », le Pape François nous dit :
« Le pèlerinage est un signe particulier de l’Année sainte. Il est l’image du chemin que chacun parcourt au long de son existence… J’ai un grand désir que le peuple chrétien réfléchisse durant le Jubilé sur les œuvres de miséricorde corporelles et spirituelles. Ce sera une façon de réveiller notre conscience souvent endormie face au drame de la pauvreté et de pénétrer toujours davantage le cœur de l’Evangile »  
CVX CCFD
En réponse à cet appel, le « peuple chrétien », en l’occurrence la Délégation Haute-Garonne du CCFD Terre solidaire et la CVX Région Garonne-Ariège, a proposé un pèlerinage d’une journée sur « les œuvres de miséricorde corporelles et spirituelles ». 
Ce pèlerinage se déroulait sur une partie du chemin de Saint Jacques de Compostelle.  Le long des Coteaux du Lauragais, il permettait un acheminement et un retour par train depuis deux gares différentes. Grâce à une publicité élargie au diocèse, la diversité des participants était grande : CCFD Terre Solidaire, CVX, Secours Catholique, Paroisses, Catéchuménat, Bonne Nouvelle Quart-Monde…
Dans l’église de Villenouvelle, la réflexion sur les œuvres de miséricorde a été introduite par Sophie Beauchamp, sœur Xavière.  « Dieu EST miséricorde…. On peut donc dire que la miséricorde ne se limite pas à un moment de l’agir de Dieu, mais en est le mouvement permanent…  Tout en contemplant cette œuvre de Dieu qu’est la nature, on pourra aussi contempler le Dieu-Miséricorde. S’émerveiller de ce qu’il est. C’est peut-être le premier pas de l’accueil de la miséricorde … Comme Jésus l’a été par toute sa vie, nous sommes nous aussi appelés à devenir « signes efficaces de l’agir du Père ». Comment ? En aimant comme nous sommes aimés…. Ensuite il nous dit une manière de faire … Il ne s’agit pas de faire comme Jésus, ni de l’imiter, mais de se laisser habiter, transformer par sa manière de faire pour faire à notre tour, avec ce que nous sommes, selon notre personnalité, notre appel propre… La solidarité envers nos frères, faire œuvre de miséricorde envers eux, n’est pas un devoir, ni même une « bonne action », elle est mouvement de l’amour de Dieu en nous… On peut dire de l’homme que, plus il se laissera aimer, plus il pourra aimer. Plus il accueillera la miséricorde de Dieu, plus il pourra vivre de cette miséricorde et faire œuvre de miséricorde ».
Après avoir appris le chant des pèlerins de Compostelle (Ultreia.. Tous les matins nous prenons le chemin ,..) de la bouche même de son auteur, puis le chant du Jubilé, les 80 participants ont été invités, comme tout pèlerin, à entamer leur marche. Mais une marche centrée sur les œuvres de miséricorde. Cette marche était à la fois :
  • un exercice spirituel : prier à partir de la Parole (évangile du bon samaritain) selon la méthode d’Ignace (se mettre en présence de Dieu.. se remémorer l’histoire de cette parabole, imaginer la route …, demander la grâce d’être ouvert et disponible à la parole, regarder…, écouter…,se  laisser conduire là où j’ai du goût,  laisser la parole de Jésus me parler au cœur et faire son œuvre,… terminer ma prière en m’adressant à Dieu pour lui dire une action de grâce ou lui confier un appel que j’ai entendu, ou tout autre chose, selon ce que la Parole suscitera en moi).
  • un exercice physique : marcher en silence pour permettre la prière personnelle en présence de Dieu
  • un exercice solidaire : marcher à la suite les uns des autres à un rythme adapté aux plus lents.
Alors en silence, le corps se fait prière, le groupe se fait Eglise, la Parole se cherche pas à pas.
Elle se partage dans le grand vent (le vent et l’Esprit soufflaient fort sur les coteaux !) en petits groupes accompagnés par des CVX.
C’est ensuite dans une petite chapelle en plein champ, perdue au fond d’un joli vallon, que les mots des hommes font écho à ceux de l’Evangile.  Des témoignages sur différentes exemples concrets d’œuvres de miséricorde sont présentés : CCFD Terre Solidaire, Secours Catholique, Welcome, Cercle de silence, Accueil des réfugiés, Bonne Nouvelle Quart Monde. On partage ce qui se fait de bon et de beau !!
Puis, reprise de la marche, non plus en silence, mais habités par la richesse vécue le matin. Chacun pouvait, à son gout, soit prier à partir de la Parole (Luc 25), soit échanger à propos des différentes œuvres de miséricorde qui avaient été présentées.
Pour clore cette journée consacrée à la Miséricorde nous ne pouvions mieux faire que de franchir la « porte de la Miséricorde » !! Une version portable de cette porte, réalisée par Bonne Nouvelle Quart Monde, nous attendait à l’entrée de l’église de Baziège.
Cette porte est alors ouverte pour proclamer : « au cœur de ce monde, le souffle de l’Esprit fait retentir le cri de la Bonne Nouvelle ». Son franchissement symbolisait le cheminement que cette marche nous avait fait faire dans notre vie personnelle, à travers prières, chants, rencontres tout au long de la journée. C’était l’invitation à aller « Ultreia », en route vers la Miséricorde, vers la solidarité et vers la résurrection de Pâques. Le père François Monier nous a accueillis dans son église, avec le rite de l’aspersion : ce passage de porte est proche du rite du baptême et une invitation à la conversion. La prière universelle revenait sur des intentions inspirées par la marche du jour, tout comme la bénédiction solennelle qui a conclu cette journée dans une invitation à la solidarité et à l’accueil des différences.
Mais pourquoi donc ce pèlerinage était-il organisé conjointement par le CCFD Terre Solidaire et CVX ?
Pour le CCFD Terre Solidaire cette marche se situait dans le cadre de l’opération « Chemins Saint Jacques Terre Solidaire ». Suscitée par le CCFD Terre Solidaire cette opération a pour but d’associer le très fréquenté chemin de Saint Jacques de Compostelle, parcouru par des pèlerins de tous pays, à des temps de sensibilisation à la solidarité internationale.
Pour la CVX, ce pèlerinage était une nouvelle manifestation visible du « compagnonnage institutionnel » que CVX Garonne-Ariège a décidé de vivre avec le CCFD Terre Solidaire1. C’était aussi une façon de faire partager au plus grand nombre les fruits de l’expérience acquise par des compagnons de la CVX dans l’accompagnement de retraites « Marcher et Prier en montagne » du Centre Spirituel des Coteaux-Pais et dans la pratique mensuelle de matinées « Prier et marcher dans la ville » à Toulouse.
C’est ainsi que de nouveaux liens ont été tissés. Les membres d’équipes différentes ont été rassemblés autour d’une même action. Grâce à la participation des membres du CCFD Terre Solidaire la notion de solidarité internationale a pu être présentée et illustrée de façon concrète aux participants. Grâce à la participation de membres de la CVX cette notion de solidarité internationale a pris une dimension tout particulièrement spirituelle.
Ces liens tissés sont destinés à durer et déjà différentes actions communes sont envisagées dont un nouveau pèlerinage lors du carême 2017.
 
Gérard Bel CVX,
Marie Françoise Chamayou CCFD Terre Solidaire,
Claude Chauchadis CCFD Terre Solidaire,
Nicole Bonneviale CVX correspondante CCFD Diocèse de Toulouse
 
Référence : 1 N. Bonneviale et X. Laborde  « Compagnonnage CVX et CCFD en Garonne-Ariège » ; Revue Vie Chrétienne n° 36 – Juillet/Août 2015
 
                
Impression Envoyer à un ami