Actualités
Archives de la revue

Recherche détaillée >
À faire, à voir
Retrouvez-nous sur
Facebook et Twitter !
La Communauté de Vie Chrétienne
www.cvxfrance.com
Centre spirituel du Hautmont
www.hautmont.org
Saint Hugues
www.sainthugues.fr
Témoignages - Revue N°28 - Mars 2014

En couple, respecter le désir de l'autre

 
 
 
Jules
 
 
"Dans le couple la solitude se vit plus ou moins facilement suivant sa propension personnelle à une relation fusionnelle ainsi que la maturité de la relation.
Les voyages professionnels à l’étranger sont l’occasion d’expérimenter la solitude, même si les conditions matérielles peuvent s’avérer plus luxueuses que le quotidien.
 
Combien de fois me suis-je retrouvé dans une chambre de grand hôtel avec le cafard de la solitude, zappant les 30 chaines de TV pour avoir l’illusion d’une présence ? Le portable et les sms mettant en relation de proximité immédiate et permettant de converser facilement avec Yvonne, de prier ensemble au téléphone comme nous le faisons tous les soirs, son absence
vécue comme un manque, a fait murir en moi le désir de partager la visite de ces villes avec elle.
Toutefois les avantages du portable et son immédiateté peuvent se révéler être un leurre à une relation ajustée dans le couple, ne respectant plus l’espace d’une solitude féconde et de l’attente réciproque. On en vient à ne plus avoir le recul nécessaire pour attendre de se partager sereinement ses réflexions ou projets.
Les exercices spirituels dans la vie, vécus par Yvonne, m’ont plongé dans une période de grande solitude, de désolation. Ce fut un combat spirituel de plusieurs mois m’ouvrant à une nécessaire croissance pour un « davantage », en accueillant la situation autrement. C’est à la faveur d’une retraite selon les exercices qui a nourri mon chemin d’Espérance, que le Seigneur s’est manifesté particulièrement dans la méditation du Psaume 30 «tu vois ma misère et tu sais ma détresse, tu ne m’as pas livré aux mains de l’ennemi, avant moi tu as ouvert un passage » …  « Et dans mon  trouble je disais je ne suis plus devant tes yeux, pourtant tu écoutais ma prière quand je criais vers toi ».
Ce fut une occasion d’affermir la gratuité de l’Amour Agape en me tournant aussi vers la source christique. Vivre la solitude dans le respect chaste du cheminement d’Yvonne en l’aimant telle qu’elle est, et non telle que je veux qu’elle soit, est un chemin de dépouillement par lequel je sens le Christ m’appeler au service de ma croissance personnelle et celle de notre relation de couple, lui que nous avons choisi de mettre au cœur de notre aventure depuis 29 ans.
Pour moi, seule la prière avec la lecture et l’oraison régulière des textes de la liturgie du jour m’invite à habiter cette solitude afin qu’elle devienne féconde. Au cœur de ma solitude, seule la présence du Christ peut étancher ce besoin de présence que j’ai pour avancer sur mon chemin de vie."
 
 
 
 
 
Yvonne
 
 
"Ma première expérience de solitude dans notre couple est née d’une dispute au début de notre mariage. Celle-ci résultait de l’inévitable fusion qui enseigne l’apprentissage du « Nous » par rapport au « Je ».
Cette fusion nous rassurait, nous réconfortait, exprimant un amour mutuel, mais créant une certaine confusion dans et de nos sentiments. Sont nées alors des paroles blessantes, l’enferment et ainsi la solitude. Je suis alors sortie de notre « chez nous » jamais encore ébranlé, non loin, mais pour prendre l’air et retrouver les limites de mon être intérieur, nouvellement déplacées par notre vie commune.
A la relecture de cette expérience et d’autres vécues avec le temps, la solitude dans le couple est un espace nécessaire pour moi.
Marcher seule, garder parfois le silence en voiture, partir seule quelques jours sont autant de temps de solitude qui me recréent et permettent de rejoindre cet être intérieur, l’enfant qui habite en moi.
L’expérience des ES dans la vie sur deux ans, vécus dernièrement m’a donné l’occasion de prendre conscience, qu’avec la volonté de me rendre libre et disponible (annotation 20)  pour un davantage avec le Seigneur dans le cœur à cœur régulier de la méditation, s’installait doucement en moi un certain intérêt au silence avec le désir de goûter les choses intérieurement.
J’ai alors du considérer que cette quête de solitude pour plus d’intériorité et la richesse de cette expérience spirituelle générait aussi chez Jules, un sentiment de solitude, d’abandon.
Nous vivions ainsi chacun une solitude dont la finalité n’avait pas le même profit et devenait une entrave à notre relation, l’une étant choisie et nourrissante et l’autre subie et néfaste.
En cela, il est nécessaire de revenir à la chasteté au sein du couple. Il ne s’agit pas là de la chasteté au sens de la sexualité conjugale, mais en ce qu’elle invite le couple dans une coresponsabilité mutuelle, une attention dans l’attente et la patience, l’amour vrai, l’agir délicat et naturel…
Cette même chasteté saura répondre au besoin de la nécessaire solitude pour l’un et de la crainte de celle-ci pour l’autre. De toute évidence, les merveilles et la vertu du dialogue conjugal vient rassurer celui qui peut découvrir la grâce reçue d’une certaine solitude et, ajuster celle de celui qui l’éprouve déjà comme lieu de ressourcement."
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Impression Envoyer à un ami
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
Réagir à cet article
Vous devez avoir un compte pour laisser un commentaire.