Actualités
Archives de la revue

Recherche détaillée >
À faire, à voir
Retrouvez-nous sur
Facebook et Twitter !
La Communauté de Vie Chrétienne
www.cvxfrance.com
Centre spirituel du Hautmont
www.hautmont.org
Saint Hugues
www.sainthugues.fr
Ecole de prière - Revue N°48 - Juillet 2017

de la lecture à la prière




Nous ne sommes pas des sources qui se renouvellent par elles-mêmes, nous avons besoin de puiser dans des nappes plus profondes pour éviter que notre âme ne s’assèche. Pour nous prémunir de cela, la Bible est une remarquable alliée mais elle n’est pas la seule, une multitude d’écrits peuvent nourrir notre vie intérieure.

La lecture spirituelle est un échange silencieux mais réel entre un lecteur et un texte. Pour qu’une lecture soit spirituelle, il faut donc deux acteurs: un texte inspirant et un lecteur qui se laisse inspirer. Une lecture est spirituelle dans la mesure où elle met en mouvement l’inté- riorité du lecteur, où elle entre en résonance avec ses questionnements et ses désirs profonds. Toute lecture doit se choisir en fonction des goûts propres et des affinités mais aussi des besoins et des capacités de chacun. De la même façon que nous choisissons nos amis, autorisons-nous à sélectionner les lectures et les auteurs dont nous ferons nos compagnons de route !
livre paysage
Faire fructifier ses lectures

Comme l’expression l’indique, une lecture spirituelle c’est d’abord une lecture, c’est-à-dire que c’est en premier lieu l’affaire d’un lecteur. Notre lecture est spirituelle parce que nous lisons avec une intention qui est celle de laisser l’Esprit travailler en nous.

Ainsi, ce n’est pas tant la profondeur de la parole délivrée qui va nous mettre en mouvement que la capacité que nous avons à faire fructifier ce que nous lisons. Nous pourrions passer une vie entière à lire la Bible ou des écrits de grands saints sans que cela ne produise le moindre fruit de conversion si nous ne nous disposons pas intérieurement à l’écoute.

Cependant, pour qu’il y ait lecture il faut qu’il y ait eu écriture. La lecture spirituelle est possible car il y a des témoins qui ont un jour accepté de livrer le mystère dont ils sont habités. Ces hommes et ces femmes prennent la plume pour nommer et donner Dieu. Il y a ainsi des ressources inépuisables dans la tradition chrétienne mais également dans d’autres traditions religieuses. Au-delà des écrits dont le propos est, à proprement parler, religieux, la littérature profane comporte bien des ouvrages qui ont une véritable portée spirituelle. Ceux-là disent les émotions, sondent les profondeurs et font vibrer nos sens, ceux du corps et ceux de l’esprit. Ils sont dotés d’une capacité toute particulière à saisir la vie, à décrire le monde et à dépeindre l’âme humaine dans sa complexité. L’acuité de leur regard et la justesse de leurs mots font approcher de ce qui est beau, vrai, de ce qui dépasse ; ils font ainsi goûter au divin.

Comme une respiration

La lecture est le plus souvent un voyage solitaire. Comme pour la prière, on peut se donner un temps pour lire, fixer un lieu propice au silence et se préparer pour la rencontre avec l’écrit et avec Dieu ; se mettre en présence du Seigneur, lui demander sa lumière. Puis, lire, chercher à comprendre, savourer, laisser résonner, voir ce que le texte produit comme goût, comme résistances, comme joies. On peut se constituer une bonne « cave à vins » en notant sur un carnet, pour pouvoir y revenir plus tard, ce qui a eu de la saveur: ici une phrase, là un mot ou une image; puis laisser monter la prière qui vient. Mais la lecture peut aussi être une quête plus légère qui se fait tout simplement au fil des jours, une nourriture qui se picore au gré des envies, peu importe le lieu ou l’heure !

Quoi qu’il en soit, la lecture spirituelle devrait être une respiration: il ne faut pas chercher à lire beaucoup ni à être rentable, mais se donner le temps de découvrir et d’écouter ce qui bouge en soi car comme dit saint Ignace : « ce n’est pas d’en savoir beaucoup qui rassasie et satisfait l’âme mais de sentir et de goûter les choses intérieurement ». La lecture spirituelle est une rencontre. Gardons-nous de lire par devoir, essayons de le faire par amour. Ainsi nous pourrons prendre le texte pour ce qu’il est: une parole adressée à chacun personnellement.
Marie-Caroline Bustarret
 

Vers une lecture spirituelle en groupe

Visée : faire une lecture avec d’autres au bénéfice d’un approfondissement de la vie intérieure.
Préparation : choisir un livre et se donner un programme de lecture sur une durée déterminée à partir d’un découpage du texte (on peut demander l’aide d’une personne d’expérience).
Avant chaque rencontre : lire au préalable l’extrait, noter éventuellement les points à éclaircir (sans trop s’y attarder: le compagnonnage fidèle avec un texte apporte souvent ses propres lumières). Commencer par une lecture à voix haute du passage retenu, il est bon de ralentir ainsi le rythme et d’entrer dans la musique singulière des phrases.
Tirer les fruits spirituels de la lecture : partager sur ce qui touche, ce qui heurte, ce qui est ressenti avec le cœur et l’esprit et non ce qui est compris avec la tête. Toujours rester vigilant à ne pas transformer la rencontre en débat d’idées.
Impression Envoyer à un ami