Actualités
Archives de la revue

Recherche détaillée >
À faire, à voir
Retrouvez-nous sur
Facebook et Twitter !
La Communauté de Vie Chrétienne
www.cvxfrance.com
Centre spirituel du Hautmont
www.hautmont.org
Saint Hugues
www.sainthugues.fr
Faire communauté - Revue N°37 - Septembre 2015

CVX LIBAN devant l'afflux de réfugiés

CVX n’est pas isolée de son
contexte mais ancrée dans la
réalité où vivent ses membres.
En 2011, une guerre civile éclate
en Syrie, pays frontalier avec le
Liban. La CVX a alors ressenti le
devoir et la mission d’aller vers les
plus touchés dans cette guerre.
En effet, le conflit syrien a causé
le déplacement de millions de
personnes en dehors de ses fron
-
tières. Le Liban voit alors arriver
une immigration massive sans
que le gouvernement ne puisse
régler ce flux. Le pays est déjà
surpeuplé et souffre d’une crise
économique et politique. Aucun
pays dans l’histoire moderne
n’a jamais accueilli autant de
réfugiés
: aux alentours de 500
000 palestiniens vivant dans
des camps depuis 1948, un mil
-
lion et demi de Syriens (selon
les chiffres officiels des Nations
Unis, alors que certains orga
-
nismes avancent le chiffre de 1.8
millions), et environ 4 à 5.000
familles irakiennes (Chaldéennes,
assyriennes, syriaques). Tout ce
flux pour une population locale
qui ne dépasse pas les 4 millions
!
Soutien aux Irakiens
La présence des Irakiens au Liban
remonte à l’époque de l’effon
-
drement du régime de Saddam
Hussein. Un groupe de la CVX
a déjà collaboré avec un prêtre
nommé par l’archevêché chaldéen
pour venir en aide à des familles
chrétiennes, au Liban «
en phase
de transition
» car en attente de
leurs visas des Nations Unis pour
immigrer vers un autre pays, en
principe les USA, le Canada ou
l’Australie. En effet le Liban ne
constitue pour eux qu’un pays
de passage. L’aide se présente sur
trois niveaux
: matériel, psycholo
-
gique, et bien sûr spirituel. Nous
organisons ensemble des messes,
des prières et des fêtes de Noël.
Mais la tâche n’est pas facile, les
jeunes, les vieux, les enfants, les
femmes sont touchés jusqu’aux
tréfonds de leur âme, ils ont tout
perdu, certains sont partis avec
juste ce qu’ils ont sur le corps. On
se demande dans quelle mesure
nous pouvons les encourager à
résister et à rester sur cette terre
qui se vide de plus en plus de
ses chrétiens
! On se sent parfois
démuni, vide.
La CVX n'est pas isolée de son contexte mais ancrée dans la réalité où vivent ses membres.

En 2011, une guerre civile éclate en Syrie, pays frontalier avec le Liban.
La CVX a alors ressenti le devoir et la mission d’aller vers les
plus touchés dans cette guerre.
En effet, le conflit syrien a causé le déplacement de millions de
personnes en dehors de ses frontières.
Le Liban voit alors arriver une immigration massive sans
que le gouvernement ne puisse régler ce flux.
Le pays est déjà surpeuplé et souffre d’une crise
économique et politique.
Aucun pays dans l’histoire moderne n’a jamais accueilli autant de
réfugiés : aux alentours de 500 000 palestiniens vivant dans
des camps depuis 1948, un million et demi de Syriens (selon
les chiffres officiels des Nations Unis, alors que certains organismes
avancent le chiffre de 1.8 millions), et environ 4 à 5.000
familles irakiennes (Chaldéennes, assyriennes, syriaques).
Tout ce flux pour une population locale qui ne dépasse pas les 4 millions !
 
Soutien aux Irakiens
 
La présence des Irakiens au Liban remonte à l’époque de l’effondrement
du régime de Saddam Hussein. Un groupe de la CVX
a déjà collaboré avec un prêtre nommé par l’archevêché chaldéen
pour venir en aide à des familles chrétiennes, au Liban « en phase
de transition » car en attente de leurs visas des Nations Unis pour
immigrer vers un autre pays, en principe les USA, le Canada ou l’Australie.
En effet le Liban ne constitue pour eux qu’un pays de passage.
L’aide se présente sur trois niveaux : matériel, psychologique, et bien sûr spirituel.
Gateau pour les 25 ans de la CVX Liban

Nous organisons ensemble des messes, des prières et des fêtes de Noël.
Mais la tâche n’est pas facile, les jeunes, les vieux, les enfants, les
femmes sont touchés jusqu’aux tréfonds de leur âme, ils ont tout
perdu, certains sont partis avec juste ce qu’ils ont sur le corps.
On se demande dans quelle mesure nous pouvons les encourager à
résister et à rester sur cette terre qui se vide de plus en plus de ses chrétiens !
On 
On se sent parfois démuni, vide…

Actuellement, un début de collaboration avec l’Église Assyrienne
et Chaldéenne s’organise pour venir en aide à des familles
Irakiennes dont le nombre ne cesse d’augmenter avec les
attaques d’ISIS.
Nous essayons d’intervenir par des conseils administratifs
et ce, en agissant comme intermédiaire auprès des
Instances Officielles, puisque ces personnes ignorent tout de la
législation locale et de l’organisation pour obtenir la carte
de réfugiés, les soins médicaux, la scolarité pour les enfants…

Nous intervenons aussi auprès de différentes institutions comme
le HCR : High Comité for Refugee une branche de l’ONU, pour leur
accorder le statut de réfugiés, de Caritas, du CICR (Communauté
Internationale de la Croix-Rouge), le Ministère de la Santé libanais…

Urgence pour les Syriens
 
Les réfugiés syriens constituent le 2eme volet du travail social de la CVX.
À la différence des irakiens, il s’agit d’une population pauvre à
l’origine ayant fui le pays avec le peu qu’ils avaient.
Une quantité de travail colossale et un besoin urgent nous
entouraient à tous les niveaux :
logement, sanitaire, éducatif, économique, travail, statut juridique...

Avec le peu de moyens, mais une confiance profonde dans
le Seigneur et un soutien admirable de la Compagnie de Jésus,
la CVX tente de s’investir auprès des plus nécessiteux.
Le JRS (Jesuit Refugee Service) décide en 2014 de transformer
une école abandonnée en un lieu de vie. Un lieu de vie dédié
aux enfants que la structure éducative libanaise n’a pas pu
intégrer. Située dans un quartier assez défavorisé de la banlieue de
Beyrouth, cette école accueille aujourd’hui plus de 400 enfants.
 
Un groupe de la CVX assure un soutien scolaire les après-midi et
une aide aux activités extrascolaires.
Nous avons pu également  offrir aux enseignants une formation
concernant la gestion des classes, organisée par une spécialiste
dans la CVX.
En parallèle, des missions d’aides ponctuelles (distribution de produits
alimentaires, de vêtements et de médicaments) sont organisées
dans des camps de réfugiés installés au nord du Liban, dans
une région assez marginalisée et pauvre.

La CVX assure également un rôle de pont entre des donateurs et
des familles dans le besoin. En effet, certains donateurs ne désirant
pas passer par les associations et les structures mises en
place préfèrent aller directement vers les démunis. La CVX avec son
réseau de contacts met les personnes en contact les uns avec
les autres.
 
Mais nous sommes appelés à donner encore plus, davantage.
Le Seigneur Christ a distribué des dons à chacun selon sa capacité,
des dons que sous sommes appelés à faire fructifier. Le pape
François nous appelle à aller aux frontières, des frontières pas forcément
géographiques, et souvent tout proches de nous.

Ces paroles nous interpellent intensément en tant que communauté apostolique.
Sommes-nous prêts à aller où le Seigneur nous envoie ?
 
« Le disciple n’est pas plus que le maître, ni le serviteur plus que son Seigneur » (Matthieu 10, 24)
 
Dans cette région du monde où la guerre fait rage, où il n’y a
plus de place pour la paix, quel témoignage pouvons-nous donner
autre qu’être cette flamme qui éclaire l’obscurité de la violence
et de la haine ? Si notre action ne découle pas de notre être, elle n’a rien d’apostolique.
Jésus n’avait-il pas annoncé des tribulations, des persécutions ?

Cheminer en communauté, comme un corps apostolique, témoins du Christ qui vit en
nous, pour un monde plus juste et plus humain, voilà notre mission.
 
Wissam Abdo
Secrétaire de l’Équipe
Nationale – CVX Liban
La CVX n’est pas isolée de son
conte xte mais ancrée dans la
réalité où vivent ses membres.
En 2011, une guerre civile éclate
en Syrie, pays frontalier avec le
iban. La CVX a alors ressenti le
devoir et la mission d’aller vers les
plus touchés dans cette guerre.
En effet, le conflit syrien a causé
le déplacement de millions de
personnes en dehors de ses fron
-
tières. Le Liban voit alors arriver
une immigration massive sans
que le gouvernement ne puisse
régler ce flux. Le pays est déjà
surpeuplé et souffre d’une crise
économique et politique. Aucun
pays dans l’histoire moderne
n’a jamais accueilli autant de
réfugiés
: aux alentours de 500
000 palestiniens vivant dans
des camps depuis 1948, un mil
-
lion et demi de Syriens (selon
les chiffres officiels des Nations
Unis, alors que certains orga
-
nismes avancent le chiffre de 1.8
millions), et environ 4 à 5.000
familles irakiennes (Chaldéennes,
assyriennes, syriaques). Tout ce
flux pour une population locale
qui ne dépasse pas les 4 millions
!
Soutien aux Irakiens
La présence des Irakiens au Liban
remonte à l’époque de l’effon
-
drement du régime de Saddam
Hussein. Un groupe de la CVX
a déjà collaboré avec un prêtre
nommé par l’archevêché chaldéen
pour venir en aide à des familles
chrétiennes, au Liban «
en phase
de transition
» car en attente de
leurs visas des Nations Unis pour
immigrer vers un autre pays, en
principe les USA, le Canada ou
l’Australie. En effet le Liban ne
constitue pour eux qu’un pays
de passage. L’aide se présente sur
trois niveaux
: matériel, psycholo
-
gique, et bien sûr spirituel. Nous
organisons ensemble des messes,
des prières et des fêtes de Noël.
Mais la tâche n’est pas facile, les
jeunes, les vieux, les enfants, les
femmes sont touchés jusqu’aux
tréfonds de leur âme, ils ont tout
perdu, certains sont partis avec
juste ce qu’ils ont sur le corps. On
se demande dans quelle mesure
nous pouvons les encourager à
résister et à rester sur cette terre
qui se vide de plus en plus de
ses chrétiens
! On se sent parfois
démuni, vide...
Impression Envoyer à un ami
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
Réagir à cet article
Vous devez avoir un compte pour laisser un commentaire.