Actualités
Archives de la revue

Recherche détaillée >
À faire, à voir
Retrouvez-nous sur
Facebook et Twitter !
La Communauté de Vie Chrétienne
www.cvxfrance.com
Centre spirituel du Hautmont
www.hautmont.org
Saint Hugues
www.sainthugues.fr
Témoignages - Revue N°22 - Mars 2013

Comment j'ai essayé de transmettre ma foi chrétienne

Mariée en 1951, j'étais alors baptisée depuis seulement sept ans et souhaitais ardemment transmettre à mes enfants la grâce que j'avais reçue.

Me sentant encore novice et pas aidée par mon mari (qui a vite abandonné toute pratique parce que trop occupé par son travail et ses voyages), j'ai emmené mes filles aînées tous les jeudi matins au catéchisme chez les sœurs du Cénacle, ai confié mes quatre enfants au scoutisme, et les ai emmenés en vacances à la maison familiale de Troussures où régnait une atmosphère priante grâce au Père Doncoeur et à ses amis compagnons et compagnes.
Après
tous avoir été baptisés, ils ont tous été confirmés... mais mon fils a décroché dès avant sa profession de foi.
 
Certains, il est vrai, ont continué à croire et à pratiquer, même si cela fut épisodique. Mais la vie a fait que trois sur les quatre ont « bifurqué ».
L'une a donné dans le bouddhisme et tandis que je prie je l'entends quelquefois réciter ses mantras... et prier elle aussi à sa manière.
L'autre s'est alignée sur son compagnon très remonté contre les curés (après avoir reçu en son pays, il faut le dire, une initiation chrétienne si primaire qu'elle était peu convaincante.)
L'autre a tout plaqué et se dit agnostique. Il a épousé une Tamoule, vit à l'île Maurice et va avec sa femme aux cérémonies en spectateur sympathisant.
Seule la dernière s’est mariée à l’église et croit encore le même Dieu que moi.
 
C’est sûr que j’ai d’abord été malheureuse avec l’impression d’un échec et, la foi m’ayant été d’un tel secours dans ma vie, j’ai regretté de ne pouvoir partager ce que j’avais découvert d’essentiel.
Puis, une évolution s’est faite et j’ai admis qu’ils étaient tous libres et que je ne pouvais rien imposer. La méditation de l’épisode du fils prodigue m’a aidée : je me suis dit que le Père avait laissé son fils cadet faire ses propres expériences et en avait souffert…
Alors moi, pourquoi aurais-je mérité de ne pas subir une telle épreuve.
 
Sur mes sept petits enfants, seuls deux ont été baptisés et ont fait leur profession de foi et un seul pratique encore occasionnellement.
C’est dur de ne pas pouvoir partager l’essentiel de sa vie, mais ils sentent que je suis une référence dans un domaine qu’ils ne connaissent pas et (très rarement il est vrai) ils m’ont posé des questions d’ordre spirituel.

Alors, essayant toujours de voir le positif, sur mes vieux jours je me sens moi aussi libérée, les confiant au Seigneur, en Lui demandant de veiller sur eux. Je crois à la communion des saints et si je n’ai pas réussi, un jour j’espère le message passera… même si je ne le vivrai pas ici bas.
A Dieu vat !

Janine Prost
6 février 2013
Impression Envoyer à un ami
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
Réagir à cet article
Vous devez avoir un compte pour laisser un commentaire.