Actualités
Archives de la revue

Recherche détaillée >
À faire, à voir
Retrouvez-nous sur
Facebook et Twitter !
La Communauté de Vie Chrétienne
www.cvxfrance.com
Centre spirituel du Hautmont
www.hautmont.org
Saint Hugues
www.sainthugues.fr

Accepter de s’ouvrir aux autres


« Oser dire la fragilité de mon corps, ce fut un nouveau chemin vers les autres. »

Comme on peut le lire dans de nombreux ouvrages, le corps humain peut être abordé sous différents aspects : philosophique, biologique, théologique, sociologique. Parler ainsi du corps cela peut revenir à parler d’un objet extérieur à tout un chacun.

Cependant, mon corps m’appartient et il est unique. Quand on me regarde, on voit d’abord mon corps, corps habité par tout mon être. Je ne fais qu’un avec mon corps. Je suis unique, dans mon corps unique.

Un jour j’ai pris conscience des limites de ce corps et de sa fragilité quand j’ai subi d’urgence une grosse intervention au niveau des intestins à l’âge de 29 ans. Puis il a fallu me réopérer 18 mois après, opération dont j’ai gardé des séquelles qui m’accompagnent toujours, que je garderai jusqu’à la fin de mes jours et qui me procurent un certain inconfort.

Finies pour moi un certain nombre d’activités très dynamiques qui occupaient beaucoup ma vie en dehors de mon travail. Alors, peu à peu, j’ai découvert ce qu’était obéir à mon corps, savoir l’écouter. Cela a ouvert dans ma vie de nouveaux horizons jusque-là insoupçonnés.

En effet, j’ai pris conscience qu’écouter son corps ne signifiait pas se centrer sur soi, s’enfermer, mais plutôt accepter de s’ouvrir aux autres en acceptant tout simplement de dire ce que mon corps ne pouvait pas faire, ne pouvait plus porter ou supporter. Oser dire la fragilité de mon corps, ce fut un nouveau chemin vers les autres.

En effet, la fragilité de mon corps qui transparaissait quand on me voyait pouvait constituer un obstacle pour les autres qui, par respect pour moi, n’osaient pas parler. Mais en ouvrant moi ce chemin, en en parlant, alors autrui s’est senti accueilli et a accepté aussi de cheminer vers moi et avec moi. Ce fut souvent de véritables rencontres très profondes et très riches. Mon corps devenu très fragile continue à demander toute mon attention, à ce que j’en prenne soin.

En prendre soin, c’est tout d’abord accepter le silence en moi pour écouter mon corps dans une grande paix. Détecter son besoin de repos, son besoin de soin pour des petits maux passagers. C’est aussi accepter de regarder mon visage, reflet de mon corps. Et le plus important, c’est de ne pas faire fi de ce que je découvre mais de donner à mon corps les différents soins dont il a besoin.

Mireille
Impression Envoyer à un ami
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
Réagir à cet article
Vous devez avoir un compte pour laisser un commentaire.