Actualités
Archives de la revue

Recherche détaillée >
À faire, à voir
Retrouvez-nous sur
Facebook et Twitter !
La Communauté de Vie Chrétienne
www.cvxfrance.com
Centre spirituel du Hautmont
www.hautmont.org
Saint Hugues
www.sainthugues.fr
Question de communauté locale - Revue N°3 - Janvier 2010

A propos du partage en réunion (suite)


"A la suite du partage, personne ne réagit et chacun repart avec ce qu'il a apporté. Pourquoi?"
Voila la question posée dans le dernier numéro. Une question à multiples facettes qui mérite qu'on la reprenne!
Car après avoir regardé du côté de celui qui partage, il convient de regarder aussi du côté de ceux qui écoutent.



Il est en effet frustrant de partager ce qui tient à coeur et de n'avoir aucun écho en retour. A la longue, l'on pourrait même penser que ce que nous apportons lors des réunions n'interesse personne!
A ce silence, peut-être y a-t-il une raison toute simple : le groupe est encore trop jeune et il n'y a pas eu assez de temps pour se connaitre en profondeur et pour établir un climat de confiance. A moins que ce silence ne soit signe d'un respect pour ce qui est partagé et qui rejoint l'intime. Car il serait facile d'entrer dans un débat d'idées, d'apporter la contradiction ou de donner des solutions toutes faites. Mais si ce qui a été partagé est de l'ordre de l'histoire sainte, c'est un autre type de parole qui est attendu en écho.

Alors qu'est-ce qui va aider à une telle parole lors de l'échange?
En premier lieu, notre manière d'être à l'écoute.

Ecouter l'autre en profondeur


Ecouter l'autre vraiment n'est pas toujours facile ! C'est d'abord l'accueillir avec un a priori bienveillant, sans jugement, dans l'amour et le respect.
C'est l'écouter en profondeur, pour entendre, au travers de ce qu'il relate, ce qui consonne avec l'Evangile, les mouvements qui l'habitent, la cohérence avec son histoire, son combat spirituel, sa chance de croissance...
Il s'agit d'essayer ainsi de repérer le travail de l'Esprit Saint en lui.

Ecouter aussi ce que cela rovoque en soi

A moins d'être enfermé dasn ses propres préoccupations, la parole de l'autre a un impact; elle ne laisse pas indifférent. Elle décentre et fait bouger. Comment? Voila ce qui est aussi à écouter. Quels sont les sentiments qui m'habitent? Comment cela rejoint-il ma propre expérience? comment cela m'interpelle-t-il?
C'est de cette double écoute, à condition de se laisser un peu de temps et de silence pour en recueillir les fruits, que pourra monter en soi une parole à adresser à l'autre.

Le compagnonnage se vit à travers l'échange

Encore faut-il ensuite se risquer à la dire! Simplement, humblement, sans soucis du résultat, dans la confiance que le Seigneur est là, en chacun.
N'hésitons pas à dire à l'autre ce qui nous a éclairé, questionné, ce qui a suscité un désir dans ce qu'il a dit; c'est un cadeau pour lui.
N'hésitons pas à lui dire ce que nous avons vu comme constante, comme nouveauté, comme recherche, ou à le questionner pour clarifier ou approfondir.
Car c'est à travers ces paroles échangées, que se vivra un compagnonnage et que chacun pourra avancer pas à pas sur son chemin à la suite du Christ.

Marie-Elise Courmont







Impression Envoyer à un ami
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
Réagir à cet article
Vous devez avoir un compte pour laisser un commentaire.