Actualités
Archives de la revue

Recherche détaillée >
À faire, à voir
Retrouvez-nous sur
Facebook et Twitter !
La Communauté de Vie Chrétienne
www.cvxfrance.com
Centre spirituel du Hautmont
www.hautmont.org
Saint Hugues
www.sainthugues.fr

« …Et surtout la santé ! »

Chaque année, à pareille époque, j’avance une estimation, je me promets de tenir un compte précis, et finalement, j’y renonce. Que voulez-vous, ça va trop vite, je n’arrive pas à comptabiliser. De quoi s’agit-il ? De savoir - pas seulement parmi les bons chrétiens, ce serait trop accablant - combien de personnes me présenteront leurs vœux de Bonne Année en ajoutant, suaves : « …Et surtout la santé ! »
 
Il y a quelques décennies, je me contentais de murmurer en moi-même : poil au nez. J’en conviens, ce n’était pas très fraternel. Depuis, la grâce a tout de même fait son chemin, et je me surprends à implorer l’Esprit : « Seigneur, tiens-moi dans un silence ouvert, fais qu’on puisse en parler ! Donne-moi un regard vaguement interrogatif ! » Ou une chronique dans Vie chrétienne, qui ferait chuter les effectifs… Ah, si mes amis la lisaient…
 
Le 1er janvier, personne n’ira vous souhaiter Richesse ou Célébrité. Fi donc. Trop biens-de-ce-monde. On croit s’affranchir de tout matérialisme en souhaitant la Santé. Elle est si manifestement un don de Dieu qu’on paraît s’en remettre à Lui, en indiquant - oh, dans l’humble soumission, ce n’est qu’un vœu ! - le chemin qu’Il peut ouvrir à ceux qu’on aime…
 
Pourtant, ce vœu-là aussi devrait nous sembler impudique, indigne d’un croyant. (Nous le sentons bien d’ailleurs, lorsqu’il s’agit de bredouiller, en janvier ou plus tard, quelques mots de circonstance à un grand malade…) Avouons-le : désirer la Santé, la souhaiter à d’autres, ce n’est guère manifester une délicatesse spirituelle. C’est surtout révéler nos peurs, et notre difficulté viscérale à imaginer une vie digne de ce nom pour ceux qui portent lourdement les stigmates de la maladie ou du vieillissement… Certes, au début de l’année, il est bon de confier au Seigneur parents et amis. Mais si c’est en Lui précisant bien les ingrédients du bonheur qu’il nous a promis… C’est comme si nous souhaitions un beau voyage au pays de l’Évangile, mais en fixant l’itinéraire : Capharnaüm, Gerasa, Jéricho, d’accord ; Gethsémani, Golgotha, non.
 
Piètre confiance faite là au Maître de la Vie… Nous le savons, pourtant, que ses chemins ne sont pas les nôtres. Et il a bien dit, un jour, sur la montagne, que le vrai bonheur jaillit là où on le croit proscrit…
 
Sans oublier, tout de même, le cornet de marrons glacés, quels amis viendront, une année en janvier, me souhaiter tout simplement de vivre les Béatitudes ?
 
Ceux-là aussi, j’aimerais ne pas pouvoir les compter.

Philippe ROBERT sj
Impression Envoyer à un ami
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
Réagir à cet article
Vous devez avoir un compte pour laisser un commentaire.